¡Silencio! / Silence !

🇫🇷 version française ci-dessous 

🇪🇸 El pasado jueves por la mañana, salí de La Habana para ir hacia el oeste, y en unas 4 horas llegué a Viñales, un pueblo a la vez campesino y turístico situado en la confluencia de varios valles y rodeado de mogotes, montañas que se elevan de forma muy vertical. Mirando por la ventana del bus, al bajar al valle, ya me enamoré de este bonito entorno natural y ya pensé que igual me iba a quedar más que el mínimo de 2 o 3 noches que entonces tenía en mente.

Nada más bajar del bus, antes mismo de recoger mi mejor compañera de viaje – estoy hablando de mi fiel mochila, la que adelgazó unos kilos respecto a 2010 -, ya recibí de parte de una lugareña una oferta para quedarme en su casa particular, o casa de huéspedes. Caminamos 5 minutos con mis dos compañeras – la viajera de toda la vida y la nueva, la lugareña -, alejándonos de la calle principal y sus ruidosos coches, autobuses y camiones, y llegamos a un fin de camino donde se encuentran dos casas: una de madera pintada de azul donde se quedan los propietarios, una pareja de campesinos y su hijo, y otra roja, de hormigón, que ya es mía para unos días. Alrededor de esas casas, todo es naturaleza: árboles y otras plantas, gallos y gallinas, cerdo – no lo vi pero al menos uno se oye -, caballos, perros, etc. Daimarelys – así se llama – me ofreció un zumo de mango para celebrar nuestro acuerdo y mientras estaba bebiendo, en buena profesional, me propuso varios servicios adicionales. Ya sé que algunos de mis lectores tendrán en este momento una cierta curiosidad mal orientada, así que probablemente les voy a tranquilizar precisando que se trata de excursiones, desayunos, cenas, reservas para seguir con el viaje, etc. En fin, a parte de la cena para la misma noche y del desayuno para la mañana siguiente – ya que al final, disfrutar la comida casera de los Cubanos es uno de los mejores motivos para quedarse en una casa particular, y especialmente en Viñales -, contraté una excursión guiada para lo que será mi primer día completo aquí.
Entonces el viernes, tras una noche puntuada por los cantos de los gallos y de unos amigos suyos, y mientras seguía disfrutando mi rico desayuno, Dariel, el guía, vino a buscarme. Esperó a que termine sin que sepa que era él, y luego nos fuimos para mi primera caminata en la naturaleza cubana. Y ¡vaya caminata! Es que fue mucho más que una caminata: visité una plantación de tabaco, aprendí sobre como se cultiva, como se seca, como se hace un cigarro, sobre cuáles son las diferencias entre un cigarro industrial – del Estado – y un cigarro orgánico hecho en la misma granja, sobre como se prepara para fumar ; luego visité una plantación de café arabica, y allí aprendí sobre como se cultiva y se produce el café, y también bebí un « chupito » – versión cubana, es decir una buena copa – de licor de guayabita ; aprendí que, por aquí, también se cultivan aguacates, piñas, plátanos, naranjas, caña de azúcar, etc. ; aprendí sobre como se reparten las producciones agrícolas entre campesinos y Estado ; visité una cueva, donde sabiendo donde poner la luz y con bastante imaginación – ¿o será por el licor? – se puede reconocer una tortuga, un elefante, un tiburón, una maqueta de La Habana vieja, y hasta el ex presidente francés Sarkozy ; me acerqué a orillas de un lago ; bebí agua de coco delante de un panorama maravilloso, y sólo faltaban las playas y el Christo del Corcovado para creerse en Rio de Janeiro, ya que el Pan de Azúcar podría hacer de mogote ; aprendí sobre como se vive aquí, pasando por unas casas y entrando a tomar un café en casa de Dariel y su familia. Todo ese recorrido, por supuesto, atravesó un entorno espléndido, colorido con distintos matices de verde, con casas pintadas y cabañas para secar el tabaco, con tierra roja, con majestuosos mogotes y donde, cuando se para de caminar y no hay más visitantes caminando o yendo a caballo alrededor, todo es silencio, un silencio de oro verde. Es que este valle donde Dariel y yo caminamos el viernes lleva el nombre de… Valle del Silencio.

Trouvez la tortue, l’éléphant et le requin / Encontrad la tortuga, el elefante y el tiburón

 🇫🇷 Jeudi matin, je quittais La Havane pour aller vers l’ouest, et quelques 4 heures plus tard j’arrivais à Viñales, un village à la fois paysan et touristique situé à la confluence de plusieurs vallées et entourées de mogotes, montagnes qui s’élèvent de façon très verticale. En regardant par la fenêtre du bus, en descendant vers la vallée, je tombais déjà amoureux de ce bel environnement naturel et je me disais déjà que j’allais peut-être bien y rester plus que le minimum de 2 ou 3 jours que j’avais alors en tête.

À peine descendu du bus, avant même de récupérer ma compagne de voyage préférée – je parle de ma fidèle mochila (sac à dos), qui a maigri de quelques kilos par rapport à 2010 -, je reçois déjà de la part d’une locale une offre à me loger dans sa casa particular (chambre  d’hôtes). Nous marchons 5 minutes, moi et mes deux compagnes – la voyageuse de toujours et la nouvelle, la locale -, nous éloignant de la rue principale et de ses bruyants engins à moteur, voitures, bus et camions, et nous arrivons au bout d’un chemin où se trouvent deux maisons : une de bois peint en bleu où logent les propriétaires, un couple de paysans et leur fils, et une autre rouge, en béton, qui est déjà mienne pour quelques jours. Autour de ces maisons, tout est nature: arbres et autres plantes, coqs et poules, cochon – je ne l’ai pas vu mais j’en entends au moins un -, chevaux, chiens, etc. Daimarelys – elle s’appelle ainsi – m’offre un jus de mangue pour célébrer notre accord et, pendant que je bois, en bonne professionnelle, me propose plusieurs services complémentaires. Je sais déjà que certains de mes lecteurs auront en cet instant une certaine curiosité mal orientée, alors je vais probablement les tranquilliser en précisant qu’il s’agit d’excursions, de petits déjeuners, dîners, de réservations pour poursuivre mon voyage, etc. Finalement, en plus du dîner pour le soir-même et du petit déjeuner pour le lendemain matin – parce qu’en fait, profiter de la cuisine cubaine maison est une des meilleures raisons pour se loger dans une casa particular, et particulièrement ici à Viñales -, je réserve une excursion guidée pour ce qui sera ma première journée complète ici.

 
Alors, vendredi, après une nuit ponctuée par les chants des coqs et de quelques amis à eux, et tandis que je termine de profiter de mon copieux petit déjeuner, Dariel, le guide, est venu me chercher. Il a attendu discrètement pour me laisser finir tranquillement, sans même que je sache qu’il était le guide, puis nous sommes partis pour ma première marche dans la nature cubaine. Et quelle marche ! Il faut dire que ce fut bien plus qu’une marche : j’ai visité une plantation de tabac, j’ai appris comment il se cultive et se sèche, comment on fabrique un cigare, quelles sont les différences entre un cigare industriel – de l’État – et un cigare organique fait dans la ferme même, comment on prépare le cigare pour le fumer ; ensuite j’ai visité une plantation de café arabica, et là j’ai appris comment on cultive et on produit le café, et puis j’ai bu une dose – cubaine, c’est à dire un bon verre – de liqueur de guayabita ; j’ai appris qu’ici on cultive aussi avocats, ananas, bananes, canne à sucre, etc. ; j’ai appris comment se répartissent les productions agricoles entre les paysans producteurs et l’État ; j’ai visité une grotte, où en sachant où orienter la lumière et avec pas mal d’imagination – à moins que ce ne soit l’effet de la liqueur ? – on peut distinguer une tortue, un éléphant, un requin, une maquette de la vieille ville de La Havane, et même l’ancien président français Sarkozy ; je me suis approché au bord d’un lac ; j’ai bu de l’eau de coco devant un panorama magnifique, et il ne manquait que les plages et le Christ du Corcovado pour se croire à Rio de Janeiro, puisque le Pain de Sucre pourrait faire office de mogote ; j’ai appris comment on vit ici, en passant par plusieurs maisons et en entrant prendre un café chez Dariel et sa famille. Tout ce parcours, bien sûr, traverse un environnement splendide teinté de différentes nuances de vert, avec des maisons peintes et des cabanes pour sécher le tabac, avec de la terre rouge, avec de majestueux mogotes, et où, quand on s’arrête de marcher et qu’il n’y pas d’autres visiteurs allant à pied ou à cheval aux alentours, tout est silence, un silence d’or vert. Il faut dire que cette vallée où Dariel et moi avons marché vendredi porte le nom de… Valle del Silencio, vallée du silence.   

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans América, Cuba. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour ¡Silencio! / Silence !

  1. Ana dit :

    Madre mía Remy vaya primer día y que de cosas te han enseñado, ¡¡¡que lujo y que maravilla!! Disfruta y sigue contandonoslo tan bien.

  2. Moira dit :

    Complètement d’accord Rémy. Profiter de la cuisine cubaine est une des meilleures raisons pour se loger dans une casa particular à Cuba, et particulièrement à Viñales.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s