On se la coule douce à Floripa / Se pega la gran vida en Floripa

Praia Joaquina, Lagoa da Conceição, Florianópolis

Praia Joaquina, Lagoa da Conceição, Florianópolis

”image” J’ai donc passé 6 jours à « Floripa ». C’est ainsi que les Brésiliens appellent la ville de Florianópolis, pour faire plus court. Comme de nombreux touristes, j’ai mis quelques temps à comprendre que la commune de Florianópolis inclut en fait toute l’île de Santa Catarina, et même un peu plus, sur le continent. Ainsi, dans les localités de l’est où j’ai passé l’essentiel de mon temps, Barra da Lagoa et Lagoa da Conceição, quand on indique « Centro », il faut comprendre le centre-ville de Floripa, pas celui de la localité. C’est bon à savoir quand on utilise l’excellent réseau de bus qui couvre toute l’île, pour un prix modique : 2,90 reais soit guère plus d’un euro, avec autant de correspondances qu’on souhaite dans les terminaux de connexion.

Je savais déjà que Floripa était une destination touristique pour les amateurs de plages en tout genre, nageurs, surfeurs, pêcheurs ou simplement bronzeurs… Et ça s’est confirmé : les plages sont bien là et le tourisme aussi, sachant que c’est ici la saison haute avec les vacances d’été des Brésiliens et aussi en particulier des Argentins. Mais Floripa est en fait bien plus que ça. L’île est assez montagneuse et couverte d’une végétation luxuriante. Ajoutons à cela qu’on y mange du très bon poisson et qu’on y boit souvent du jus de canne (avec ou sans citron) et vous comprendrez que j’ai souvent pensé à la Guadeloupe… Sans parler de la caipirinha qui remplace le ti-punch.

Açaí na tigela

Açaí na tigela

Une autre spécialité est « açaí na tigela », bol rempli d’une sorte de sorbet au fruit du palmier açaï, recouvert de banane et granola. Rafraîchissant et énergétique! J’ai mangé de façon plus variée, plus équilibrée et meilleur marché qu’à Rio, ça ne fait pas de doute. Et particulièrement dans ma seconde auberge, Sunset Backpackers, qui en plus d’offrir un cadre magnifique, proposait un très bon buffet de petit-déjeuner avec notamment des jus naturels de fruits tropicaux sans sucre ajouté, des bons petits pains de différents types et le très brésilien pão de queijo (littéralement, pain au fromage) qui me rappelle un peu les bonnes gougères de ma Bourgogne natale. Plus encore, moyennant 18,90 reais, soit environ 7 euros, un autre excellent buffet est proposé pour le déjeuner : des crudités, des légumes cuits, plusieurs viandes, poissons et autres plats chauds. Autant dire que je dinais léger après tout ça…

Barra da Lagoa, le long du canal

Barra da Lagoa, le long du canal

La localité de Barra da Lagoa, où je logeais les premiers jours, est bien charmante, avec ses maisons colorées, ses petites barques de pêche, sa plage principale qui se prolonge en courbe sur 7 kilomètres, sa prainha (littéralement petite plage) cachée de l’autre côté du canal qui relie l’océan à la lagune. Sur ses hauteurs, on a de très beaux panoramas. Lagoa da Conceição est plus ordinaire, plus agitée et, comme son nom l’indique, plus tournée vers la lagune.

Je serais bien resté plus longtemps dans cette auberge reconnue comme une des toutes meilleures du Brésil (mais pas plus chère que la moyenne), sur cette île de Santa Catarina qui me convient bien, mêlant plages, randonnées sur des pentes bien vertes et douceur de vivre, mais j’ai quand même repris la route. Jeudi 6 février, cap au nord, la prochaine destination est Curitiba, capitale de l’état du Paraná.

Randonnée sur les hauteurs de Barra da Lagoa, la lagune à gauche et la plage de Moçambique à droite

Randonnée sur les hauteurs de Barra da Lagoa, la lagune à gauche et la plage de Moçambique à droite

”image” Pues bien, he pasado 6 días en « Floripa ». Así es como los Brasileños llaman la ciudad de Florianópolis, para hacerlo más corto. Tal y como numerosos turistas, tardé algo de tiempo para comprender que el municipio de Florianópolis incluye de hecho toda la isla de Santa Catarina, e incluso un poco más, en el continente. Así, en las localidades del este donde pasé la mayoría del tiempo, Barra da Lagoa et Lagoa da Conceição, cuando esta indicado « Centro », hay que entender el centro ciudad de Floripa, y no el centro de la localidad. Eso es bueno de saberlo a la hora de usar la excelente red de autobuses que cubre toda la isla, para un precio módico: 2,90 reais, poco más de un euro, con tantas conexiones como se desea en las terminales de conexiones.

Ya sabía que Floripa era un destino turístico para los amantes de playas de todo tipo, nadadores, surfistas, pescadores o simplemente bronceantes… Y se confirmó: las playas están aquí y el turismo también, sabiendo que es temporada alta con las vacaciones de verano de los Brasileños y también especialmente de los Argentinos. Pero de hecho, Floripa es mucho más que eso. La isla esta bastante montañosa y cubierta de una vegetación abundante. Añadimos a eso que aquí se come unos muy buenos pescados y que se bebe con frecuencia jugo de cana (con o sin limón) y algunos entenderán que pensé a menudo en Guadalupe… Sin hablar de la caipirinha que se sustituye al ti-punch.

Sunset Backpackers, vue sur la lagune depuis la piscine

Sunset Backpackers, vue sur la lagune depuis la piscine

Otra especialidad es « açaí na tigela », tazón relleno de una especie sorbete hecho de fruto de palmera de asaí, cubierto con plátano y granola. ¡Refrescante y energético! He comido de forma más variada, más equilibrada y más barata que en Rio, no hay duda. Y especialmente en mi segundo hostal, Sunset Backpackers, que además de ofrecer un espléndido entorno, proponía un bufé muy rico para el desayuno con en especial zumos naturales de fruta tropical sin azúcar añadido, unos buenos panes individuales de distintos tipos y el muy brasileño pão de queijo (literalmente, pan de queso) que me recuerda un poco las buenas gougères de mi Borgoña natal. Más aún, por 18,90 reais, más o menos 7 euros, otro excelente bufé está disponible para el almuerzo: crudités, verduras cocidas, varios pescados, carnes y otros platos calientes. No extraña que cenaba algo ligero después de todo eso…

Sunset Backpackers, la douceur de vivre avec vue sur la lagune

Sunset Backpackers, la douceur de vivre avec vue sur la lagune

La localidad de Barra da Lagoa, donde me quedaba los primeros días, es encantadora, con sus casas coloridas, sus barcas de pesca, su playa principal que se prolonga en curva hasta 7 kilómetros, su prainha (literalmente playita) escondida del otro lado del canal que une el océano con la laguna. En sus alturas, se tiene unos muy buenos panoramas. Lagoa da Conceição es más ordinaria, más agitada y, como su nombre lo deja entender, más orientada hacia la laguna.

Me hubiera quedado más tiempo en este hostal reconocido como uno de los mejores de todo Brasil (a pesar de no ser más caro que la media), en esta isla de Santa Catarina que me conviene bien, mezclando playas, caminatas en unos pendientes bien verdes y dulzura de vida, pero sí retomé la carretera. El jueves 6 de febrero, rumbo al norte, el próximo destino es Curitiba, capital del estado de Paraná.

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans América, Brasil 2013. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s