Pasión por el Dakar en Buenos Aires

”image” Es algo extraño que a veces haya que viajar muy lejos para vivir experiencias que siempre te han interesado y que hubieras podido vivir antes cerca de tu casa… En mi propio caso, durante mi vuelta al mundo, ya ocurrió por ejemplo cuando asistí a un Gran Premio de Fórmula 1 (era en Melbourne) y cuando di un paseo a caballo (hace poco, en Bariloche). Pues tuve otra oportunidad tan sólo como un par de días después de llegar a Buenos Aires : asistir a la salida (« acá » dicen « largada ») del Rally Dakar.
Desde su primera edición en 1979, me apasioné por el Rally Dakar. Las primeras ediciones (el rally se llamaba entonces « Paris-Dakar ») traían a casa, a través el televisor, unas imágenes increíbles de desiertos de dunas, una carrera emblemática del automovilismo y del motociclismo, una verdadera aventura humana… Me acuerdo de aquella época de los pilotos heroicos, muchos de ellos franceses : Cyril Neveu (moto), Hubert Auriol (moto y luego auto, tras romperse los dos tobillos en la penúltima etapa en 1987, cuando iba líder de la clasificación general), René Metge (auto), los hermanos Marreau (auto), el belga Jacky Ickx, multicampeón de Fórmula 1 y de los « 24 heures du Mans » (auto), Georges Groine y el holandés Jan de Rooy (camiones). Luego, el rally se convirtió cada vez más en una competición entre grandes marcas, especialmente con la entrada de Peugeot y sus 205 y 405 Turbo 16, su director francés Jean Todt y sus pilotos finlandeses Ari Vatanen y Juha Kankkunen. En 1991 fue la primera victoria del francés Stéphane Peterhansel, recordman de victorias con 9 títulos, 6 en moto y luego 3 en auto. Y sigue compitiendo, tal vez para lograr su décima victoria.
En 2008, siguiendo la recomendación del gobierno francés por amenaza de atentados terroristas, el rally fue suspendido. Desde 2009, el rally sale de Buenos Aires y llega a la misma ciudad tras un recorrido por parte de Argentina y de Chile. Este año entonces es la 33ª edición del rally Dakar… y he aprovechado estar en Buenos Aires en el Año Nuevo para verlo casi por dentro…
El día 31, fue con Pablo y amigos suyos a « la Rural », centro de exposiciones famoso por su exposición de ganadería y agricultura. Era el último día de verificaciones administrativas y técnicas. Y otra vez tuve mucha suerte porque apenas entramos en la zona de verificaciones técnicas, les toca al francés Cyril Despres y al español Marc Coma, a un par de metros de nosotros. Ganaron entre ellos dos las 5 últimas ediciones del Dakar en moto. Incluso Pablo me consiguió un autógrafo de mi compatriota Despres, ganador del rally 2010. Y en el mismo momento también reconocí a Luc Alphand, ex campeón de esquí, ganador del Dakar 2006 en auto y ahora comentador para France Télévisions. Luego vimos salir unos quads, camiones (impresionantes), autos y motos y algunos pilotos hablando en el podio. Ahí me enterré de que el ex jugador internacional francés Christian Califano compite por la 3ª vez consecutiva, en moto, animado por su amigo Cyril Despres. El año pasado, Despres ganó y Califano terminó último, que ya es algo notable para un amateur. En fin, nos fijamos en Christina « Tina » Meier, una amateur alemana que disfrutaba mucho el momento con el público y su moto número 100.
El día siguiente, 1 de enero, tras pasar Nochevieja con la familia de Pablo, fui a ver la « largada » del Dakar 2011 cerca del obelisco, Plaza de la República, y por las calles adyacentes. Era una primera etapa de enlace, sin cronómetro. Vi pasar todos los quads, todas las motos y los primeros camiones antes de abandonar por el cansancio y el calor. Pero ahí estaban cientos de miles de argentinos que, a pesar de la resaca, se apasionan por este rally que llegó casi por casualidad a su país. El ambiente era muy simpático, tanto del lado de los espectadores como de los competidores, especialmente los pilotos de quads y motos que saludaban o incluso tocaban las manos de la gente. Se notaba la alegría de estar ahí y de participar en este rally tan especial. También era agradable ver banderas argentinas y chilenas juntas, a pesar de las discrepancias históricas entre los 2 países anfitriones.
Para mí, este encuentro con el Dakar fue una coincidencia más en mi viaje y una oportunidad de recordarme unos momentos de mi infancia y adolescencia. En especial, me acuerdo de aquel día 15 de enero de 1986, día de mi santo. Creo acordarme que no tenía cole ese día. Cuando me desperté, puse la radio y pasaban canciones de Daniel Balavoine sin parar y me enteré de lo que había pasado la noche anterior en el desierto de Malí. El cantante se había muerto, con el fundador y director del Paris-Dakar, Thierry Sabine, y otras 3 personas, en un accidente de helicóptero. El cantante acompañaba el rally en el cuadro de ayuda humanitaria a las regiones atravesadas.
Cuando se publica este artículo, tras la sexta etapa, los líderes en auto y moto son 2 españoles, Carlos Sainz y Marc Coma. En cuadriciclo, es el argentino Alejandro Patronelli, hermano del ganador de 2010. Pero lo más difícil queda por venir en los próximos días. Probablemente estaré en Buenos Aires el próximo 15 de enero, cuando llegue el rally ahí para su última etapa. A ver si participo a este final…

”image” Traduction du titre en espagnol (si besoin est) : Passion pour le Dakar à Buenos Aires
C’est étrange qu’il faille parfois voyager très loin pour vivre des expériences qui t’ont toujours tenté et que tu aurais pu vivre avant, près de chez toi… Dans mon cas, pendant ce tour du monde, c’est déjà arrivé par exemple quand j’ai assisté à un Grand Prix de Formule 1 (c’était à Melbourne) et quand j’ai fait une promenade à cheval (il n’y pas longtemps, à Bariloche). Eh bien j’ai eu une autre occasion quelques jours seulement après mon arrivée à Buenos Aires : assister au départ du Rallye Dakar.
Depuis sa première édition en 1979, je me suis passionné pour le Dakar. Les premières éditions (le rallye s’appelait alors « Paris-Dakar ») apportaient à la maison, à travers la télévision, des images incroyables de déserts de dunes, une course automobile et motocycliste emblématique, une vraie aventure humaine… Je me rappelle de cette époque des pilotes héroïques, français pour la plupart : Cyril Neveu (moto), Hubert Auriol (moto puis auto, après s’être cassé les 2 chevilles dans l’avant-dernière étape en 1987, alors qu’il était en tête du classement général), René Metge (auto), les frères Marreau (auto), le belge Jacky Ickx, multi champion de Formule 1 et des 24 heures du Mans (auto), Georges Groine et le hollandais Jan de Rooy (camions). Ensuite, le rallye s’est converti de plus en plus en une compétition entre grandes marques, particulièrement avec l’arrivée de Peugeot et ses 205 et 405 Turbo 16, son directeur Jean Todt et ses pilotes finlandais Ari Vatanen y Juha Kankkunen. En 1991, ce fut la première victoire de Stéphane Peterhansel, recordman de victoires avec 9 titres, 6 en moto puis 3 en auto. Et il continue à concourir, peut-être pour décrocher sa 10ème victoire.
En 2008, suivant la recommandation du gouvernement français devant le risque d’attentats terroristes, le rallye n’a pas eu lieu. Depuis 2009, le rallye part de Buenos Aires et arrive dans la même ville après un parcours à travers une partie de l’Argentine et du Chili. Cette année est donc la 33ème édition du rallye Dakar… et j’ai profité de ma présence à Buenos Aires pour le Nouvel An pour le voir presque de l’intérieur…
Le 31 décembre, je suis allé avec Pablo et des amis à lui à « la Rural », parc d’expositions célèbre pour sa foire agricole. C’était le dernier jour des vérifications administratives et techniques. Et une fois de plus j’ai eu beaucoup de chance car à peine nous entrions dans la zone de vérifications techniques que c’était le tour du français Cyril Despres et de l’espagnol Marc Coma, à 2 ou 3 mètres de nous. A eux deux, ils ont gagné les 5 dernières éditions du Dakar en moto. Pablo est même parvenu à me décrocher un autographe de mon compatriote Despres, tenant du titre. Au même moment j’ai également reconnu Luc Alphand, ancien champion de ski, gagnant du Dakar 2006 en auto et maintenant commentateur pour France Télévisions. Nous avons ensuite vu sortir quelques quads, camions (impressionnants), autos et motos et quelques pilotes s’exprimant sur le podium. J’ai appris là que l’ancien rugbyman international Christian Califano participe à son 3ème Dakar consécutif, en moto, encouragé par son ami Cyril Despres. L’année dernière, Despres avait gagné et Califano terminé dernier, ce qui n’est déjà pas rien pour un amateur. Enfin, nous avons remarqué Christina Meier, alias « Tina », une amatrice allemande qui célébrait à fond ce moment avec le public et sa moto numéro 100.
Le jour suivant, 1er janvier, après avoir réveillonné avec la famille de Pablo, je suis allé voir le départ du Dakar 2011 près de l’obélisque, Place de la République et dans les rues adjacentes. C’était une première étape de liaison, non chronométrée. J’ai vu passer tous les quads, toutes les motos et les premiers camions avant d’abandonner sous la fatigue et la chaleur.
Mais il y avait là des centaines de milliers d’argentins qui, malgré la gueule de bois, se passionnent pour ce rallye depuis qu’il est arrivé presque par hasard dans ce pays. L’ambiance était très sympathique, tant du côté des spectateurs comme de celui des concurrents, particulièrement les pilotes de quads et motos qui saluaient ou même touchaient les mains des gens. On sentait la joie d’être là et de participer à ce rallye tellement spécial. C’était sympa aussi de voir ensemble des drapeaux argentins et chiliens, malgré les divergences historiques entre les 2 pays hôtes.
Pour moi, cette rencontre avec le Dakar a été une coïncidence de plus dans mon voyage et une occasion de me rappeler des moments de mon enfance et adolescence. En particulier, je me suis rappelé de ce 15 janvier 1986, jour de ma fête. Je crois me souvenir que je n’avais pas classe ce jour-là. A mon réveil, j’ai allumé la radio et ils passaient en boucle des chansons de Daniel Balavoine. J’apprenais alors ce qui s’était passé la nuit précédente dans le désert du Mali. Le chanteur était mort, avec le fondateur et directeur du Paris-Dakar, Thierry Sabine, et 3 autres personnes, dans un accident d’hélicoptère. Le chanteur accompagnait le rallye dans le cadre d’une action humanitaire au profit des régions traversées.
Quand je publie cet article, après la 6ème étape, les leaders en auto et moto sont 2 espagnols, Carlos Sainz et Marc Coma. En quad, c’est l’argentin Alejandro Patronelli, frère du vainqueur de 2010. Mais le plus dur est à venir dans les prochains jours. Je serai probablement à Buenos Aires le 15 janvier prochain, quand le rallye y arrivera pour sa dernière étape. A voir si je participe à ce final…

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans América, Argentina, Chile. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Pasión por el Dakar en Buenos Aires

  1. Arantzuca dit :

    Tienes razón, Rémy, es curioso como cuando estamos de viaje tendemos a realizar actividades que normalmente no hacemos en nuestro entorno cotidiano pero que son perfectamente posibles (por ejemplo, en mi caso ir a ver la ópera Arabella en Liège).

  2. Annie Lasset dit :

    Tu as vraiment tout rencontré sur ton parcours, même les passions que tu as depuis ton enfance !
    Très bon reportage, continue………………

  3. paulig dit :

    Ah! Les frères Marreau … et Georges Groine … Ce sont des « dieux », ça me fait trop du bien de voir ces noms écrits quelque part, ça arrive pas tous les jours !! Trop sympa Rémy …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s