Un día inolvidable (2ª parte) / Un jour inoubliable (2ème partie)

”image” Continuación del relato de un día inolvidable, el pasado 7 de diciembre (siento la demora)
Además del trayecto de ida por la ruta antigua, otra particularidad del « tour alternativo al Glaciar Perito Moreno » es que la visita empieza con una caminata de unos 40 minutes por las orillas del brazo Rico del lago Argentino, con vista hacia el frente glaciar. Así cada paso nos acercó un poco más de lo que se parece a una gran tarta de nata o de merengue con algo de color azul mezclado con el blanco.
¿Qué es el brazo Rico? Pues primero, el lago Argentino, con 1600 kilómetros cuadrados, es el mayor lago de Argentina. Se compone de una parte principal de más o menos 60 km de largo y 20 km de ancho y de varios « brazos » que entran a distintos valles. El brazo Rico es uno de esos brazos. Con el brazo Sur, tiene la particularidad de estar del otro lado del estrecho entre el glaciar Perito Moreno y la península de Magallanes. Y este estrecho a veces es tan estrecho que incluso llega a cerrarse.
Eso me lleva a comentar lo que hace la particularidad del glaciar Perito Moreno. No es su tamaño: con sus 30 km de largo y 5 km de ancho, ni siquiera es el más grande del Parque Nacional Los Glaciares. Su vecino el glaciar Upsala es casi 2 veces más grande. La particularidad del glaciar Perito Moreno es que avanza, y bastante rápido (unos 2 metros cada día). Y más o menos al mismo ritmo, grandes masas de hielo se deshacen en su parte frontal. Esas 2 acciones hacen que el glaciar Perito Moreno se considera estable, algo excepcional mientras casi todos los glaciares del mundo están retrocediendo por culpa del calentamiento global. Y algo aún más extraordinario, de vez en cuando (la primera vez en 1917, la última en 2008, con intervalos de entre 2 y 17 años), el glaciar Perito Moreno da lugar a un espectáculo impresionante, lo que llaman la ruptura. Eso pasa cuando el estrecho está cerrado por el glaciar. Con este cierre, el nivel del brazo Rico se eleva hasta 30 metros sobre el nivel del lago Argentino y hace presión sobre el hielo. Se crea entonces un túnel con una bóveda de más de 50 metros por él que las aguas del brazo Rico descienden hasta el lago Argentino. Al final de este proceso de varios años, la erosión causada por el agua provoca el derrumbe o ruptura espectacular de la bóveda.
Ya he hablado del color del glaciar, blanco con algo de azul. Pues el agua del lago Argentino también tiene un color extraño, algo lechoso. Eso es característico de un lago de origen glaciar y se debe a la erosión de la roca, al moverse el glaciar. De esta erosión resulta como un polvo de color lechoso, tan fino que cuando se retire el glaciar, el polvo se queda en suspensión en el agua. Y para añadir otro color, pues hay unos témpanos con reflejos azules derivando por los aguas del brazo Rico.
Tras esta primera caminata, seguimos la visita con el circuito de miradores y pasarelas. Este circuito está en la península de Magallanes, al nivel del estrecho formado por el glaciar, teniéndolo siempre en frente y muy cerca. Se puede disfrutar muchas vistas con ángulos distintos. Primero, se ve de frente y de arriba, y se parece a una enorme lengua rugosa, siempre con tonos blancos y azules. Luego, hay buenas vistas sobre la pared norte del glaciar, del otro lado del estrecho respectivamente con el brazo Rico. Abajo de la pared norte, este otro brazo, entre el glaciar y la parte principal del lago Argentino, se llama el canal de los témpanos y se merece su nombre… Hay que ver los numerosos pedazos de hielo que flotan de este lado del glaciar. Y a veces se puede ver y/u oír unos cachos que se caen al agua. Luego se llega al lugar del cierro del estrecho entre la península y el glaciar. Se ve muy bien el túnel y su bóveda. Y aquí se ven y se oyen aún más cachos de hielo que se caen al agua, creando olas. A lo largo del recorrido, también se oyen derrumbes y crujidos provocados por el movimiento del glaciar sin que se vea nada, porque se producen en el interior del glaciar. Todo eso es un espectáculo tremendo.
En fin, la tercera fase de la visita y última particularidad del « tour alternativo » es una navegación por el brazo Rico que nos lleva delante de la pared sur del glaciar. Desde el barco se puede apreciar la altura del glaciar y los detalles de esta pared. Una luz azul muy intensa sale de varias fisuras que diseñan bloques de hielo. Desde aquí el glaciar se parece a un enorme filón de piedras preciosas. También se puede apreciar desde otro ángulo el túnel creado a nivel del estrecho.
Pues como ya os decía, me fui de este lugar con la sensación de haber visto una de las cosas de la naturaleza las más hermosas que he visto, como si me iba dejando una joya que casi había podido tocar. Pero esta joya nadie se la puede llevar, y espero que siga resplandeciendo durante siglos.
Eso podría ser la conclusión pero aún me queda contaros sobre el nombre del glaciar Perito Moreno. Pues voy a hacerlo breve. Francisco Pascasio Moreno era un científico y explorador argentino del fin del siglo XIX y principios del siglo XX. Se le conoce como Perito Moreno porque fue el perito (experto) representante de Argentina en la mediación llevada por Inglaterra de un conflicto territorial con Chile. Como conocía muy bien la zona conflictiva no tuvo problemas en hacer que Argentina gane esta mediación. Para agradecerle, el gobierno le regaló unas tierras en la Patagonia. Él vendió una parte para financiar comedores para gente pobre y retrocedió lo que quedaba al gobierno con la condición de que fueran preservadas intactas y eso fue el acto de nacimiento de la primera reserva de Argentina, ahora llamada Parque Nacional Nahuel Huapi, por Bariloche. En una de sus exploraciones Moreno descubrió el lago Argentino pero no pensaba que había algo más interesante en la zona y nunca vio el glaciar. Fue una expedición chilena la que lo descubrió y claro, Argentina no iba a nombrar el glaciar con nombres de chilenos así que se le dieron el nombre del Perito Moreno.
P.D. : ¿Seguís con ganas de ver más fotos? Pues aún es tiempo para enviar una carta a Papa Noel… 😉

”image” Suite du récit d’un jour inoubliable, le 7 décembre dernier (désolé pour le retard)
En plus du trajet aller par l’ancienne route, une autre particularité du « tour alternatif » au glacier Perito Moreno est que la visite commence par une randonnée d’une quarantaine de minutes au bord du « brazo Rico » du lago Argentino (lac Argentin), avec vue vers le front du glacier. Ainsi chaque pas nous rapprochait un peu plus de ce qui ressemble à une grande tarte à la chantilly ou à la meringue, avec quelques notes bleutées mêlées au blanc.
Qu’est-ce que le « brazo Rico » (littéralement bras riche)? Eh bien d’abord, le lago Argentino, avec 1600 kilomètres carrés, est le plus grand lac d’Argentine. Il se compose d’une partie principale d’environ 60 km de long et 20 km de large, et de plusieurs « bras » qui entrent dans différentes vallées. Le brazo Rico est un de ces bras. Avec le brazo Sur (bras sud), il a la particularité d’être de l’autre côté du détroit entre le glacier Perito Moreno et la péninsule de Magellan. Et ce détroit est parfois tellement étroit qu’il arrive même qu’il se ferme totalement.
Ceci m’amène à commenter ce qui fait la particularité du glacier Perito Moreno. Il ne s’agit pas de sa taille : avec ses 30 km de long et 5 km de large, il n’est même pas le plus grand glacier du Parque Nacional Los Glaciares. Son voisin le glacier Upsala est presque 2 fois plus grand. La particularité du glacier Perito Moreno est qu’il avance, et assez rapidement (environ 2 mètres par jour). Et plus ou moins au même rythme, de grandes masses de glace se détachent de sa partie frontale. Ces deux actions font que le glacier Perito Moreno est considéré comme stable, situation exceptionnelle au regard de la quasi totalité des glaciers du monde qui reculent sous l’effet du réchauffement global de la planète. Autre chose encore plus extraordinaire, de temps à autres (la première fois en 1917, la dernière en 2008, avec des intervalles entre 2 et 17 ans), le glacier Perito Moreno donne lieu à un spectacle impressionnant, ce qu’on appelle la rupture. Ceci survient quand le détroit est fermé par le glacier. De ce fait, le niveau du brazo Rico s’élève jusqu’à 30 mètres au-dessus du niveau du lago Argentino et fait pression sur la glace. Un tunnel se forme alors avec une voûte de plus de 50 mètres et les eaux du brazo Rico descendent par ce tunnel vers le lago Argentino. A la fin de ce processus de plusieurs années, l’érosion causée par l’eau provoque l’écroulement ou rupture spectaculaire de la voûte.
J’ai déjà parlé de la couleur du glacier, blanc teinté de bleu. Eh bien l’eau du lago Argentino a aussi une couleur étrange, un peu laiteuse. Ceci est caractéristique d’un lac d’origine glacière et c’est dû à l’érosion de la roche lorsque le glacier bouge. De cette érosion résulte comme une poussière de couleur laiteuse, tellement fine que lorsque le glacier se retire, la poussière reste en suspension dans l’eau. Et pour ajouter encore de la couleur, il y a quelques blocs de glaces aux reflets bleus qui dérivent sur les eaux du brazo Rico.
Après cette première ballade, nous continuons la visite avec le circuit des belvédères et des passerelles. Ce circuit est sur la péninsule de Magellan, au niveau du détroit formé par le glacier, avec celui-ci toujours très proche en face. On peut profiter de nombreuses vues sous différents angles. D’abord, on voit le glacier de face et de haut et il ressemble à une énorme langue rugueuse, toujours avec des tons blancs et bleus. Ensuite il y a de belles vues sur le mur nord du glacier, de l’autre côté du détroit respectivement au brazo Rico. En bas du mur nord, cet autre bras, entre le glacier et la partie principale du lago Argentino, s’appelle le canal des icebergs et il mérite bien son nom! Il faut voir les nombreux blocs de glace qui flotte de ce côté du glacier. Et parfois on peut voir et/ou entendre des morceaux qui tombent à l’eau. Ensuite on arrive à l’endroit où se ferme le détroit entre la péninsule et le glacier. On voit très bien le tunnel et sa voûte. Et on peut voir et entendre ici encore plus de blocs de glace qui tombent à l’eau, créant des vagues. Tout au long du parcours, on entend aussi des écroulements et des craquements provoqués par le mouvement du glacier sans que rien de se voit, parce qu’ils se produisent à l’intérieur du glacier. Tout ceci constitue un spectacle… du tonnerre!
Enfin, la troisième phase de la visite et dernière particularité du « tour alternatif » est une croisière sur le brazo Rico qui nous conduit devant le mur sud du glacier. Depuis le bateau on peut apprécier la hauteur du glacier et les détails de ce mur. Une lumière bleue intense sort de plusieurs fissures qui dessinent des blocs de glace. Depuis ici le glacier ressemble à un énorme gisement de pierres précieuses. On peut aussi admirer sous un autre angle le tunnel creusé au niveau du détroit.
Donc comme je vous disais déjà, je suis parti de cet endroit avec la sensation une des choses de la nature les plus belles que j’aie jamais vues, comme si je partais en abandonnant derrière moi un bijou que j’avais presque à porté de main. Mais ce bijou, personne ne pourra l’emporter avec lui, et j’espère qu’il continuera à resplendir pendant des siècles.
Ceci pourrait être la conclusion mais il me reste encore à vous expliquer le nom du glacier Perito Moreno. Je vais faire bref. Francisco Pascasio Moreno était un scientifique et explorateur argentin de la fin du XIXème siècle et du début du XXème. Il est connu comme Perito Moreno parce qu’il fut l’expert (perito en espagnol) représentant l’Argentine dans la médiation dirigée par l’Angleterre au sujet d’un conflit territorial avec le Chili. Comme il connaissait très bien la zone conflictuelle, il n’a pas eu de mal à ce que l’Argentine sorte gagnante de cette médiation. Pour le remercier, le gouvernement lui donna en cadeau quelques terres en Patagonie. Il en vendit une partie pour financer des restaurants pour les pauvres et rétrocéda ce qui restait au gouvernement sous la condition qu’elles soient préservées intactes et ceci fut l’acte de naissance de la première réserve d’Argentine, maintenant nommée Parque Nacional Nahuel Huapi, vers Bariloche. Dans une de ses explorations, Moreno découvrit le lago Argentino mais il ne pensait pas qu’il y avait autre chose d’intéressant dans la zone et il n’a jamais vu le glacier. Celui-ci fut découvert par une expédition chilienne et, bien sûr, l’Argentine n’allait pas nommer le glacier avec des noms de Chiliens. Ainsi ils le baptisèrent Perito Moreno.
P.S. : Vous voulez encore plus de photos? Eh bien il est encore temps d’envoyer votre lettre au Père Noël… 😉

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans América, Argentina, Environment, Glaciers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Un día inolvidable (2ª parte) / Un jour inoubliable (2ème partie)

  1. bretona de adopcion dit :

    Querido Papà Noel:
    Como este año he sido muy buena y he seguido puntualmente tus aventuras por el mundo, me encantaria ver mas fotos de tu viaje y el resto de lugares que visitaste en patagonia. espero que pases una feliz navidad y te comas las uvas en buena compañia. Un abrazo fuerte

  2. Annie dit :

    Superbe. Magnifique. Je veux encore d’autres photos « Père Remy » !!

  3. ARNAUD Solange et Jacques dit :

    Nous avons un peu de retard dans la lecture de tes récits mais nous voulions te souhaiter un très bon Noël.
    A bientôt pour les commentaires.
    Bisous.

  4. Carine et Alain dit :

    Salut remy,
    En lisant ton article sur le Lago Argentino et le Perito Moreno, je devine que tu as du être émerveillé et même impressionné par la beauté naturelle de ce site majestueux. En tout cas, plein de sensations probablement. Nous aurions aimé être là pour comptempler cette merveille.
    Profite bien de tes dernières semaines de voyage.
    Tes amis belges : Carine et Alain

    • Rémy LASSET dit :

      Hola Carine et Alain,
      Effectivement, ce glacier a provoqué une avalanche… de sensations en moi.
      Je vous recommande absolument d’inscrire cet endroit sur votre liste avec aussi El Chaltén, le Fitz Roy et autres pics superbes, pas loin du tout, sur lesquels je n’ai pas encore eu le temps d’écrire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s