Un día inolvidable (1ª parte) / Un jour inoubliable (1ère partie)

”image” Nota : Para pegar más con la actualidad y también por el carácter excepcional del día que os voy a contar ahora, dejo para más tarde los relatos de mis estancias en El Bolsón y en Esquel.
7 de diciembre. Ese día quedará sin duda como uno de los mejores recuerdos de mi vuelta al mundo, junto con el día 7 de mayo, 7 meses día por día antes (¡vaya coincidencia!), caminando por el Tongariro Alpine Crossing, en Nueva Zelanda.
Los días anteriores, 5 y 6 de diciembre, había viajando durante más de 24 horas continúas en un autobús desde Esquel hasta El Calafate. Fue mi viaje en autobús el más largo, atravesando buena parte de la Patagonia argentina. Allá en El Calafate, había hecho poco más que cenar en una pizzería e irme a la cama bastante temprano. Nunca había estado en un lugar tan austral (50º20′ latitud sur). Mi último record era en Invercargill (46°42′), la ciudad situada más al sur de Nueva Zelanda.
El día 7 de diciembre entonces, mientras mis amigos españoles hacen el puente, entre el Día de la Constitución y el Día de la Inmaculada Concepción, yo me levanté a las 7 de la mañana. A las 8 en punto, la guía entró en el hostal para buscar el grupo y empezamos entonces el « tour alternativo al Glaciar Perito Moreno ». Esta excursión es más cara que el tour clásico pero me había sido recomendada por mis amigos Carmen y Yoann que quiero agradecer mucho porque me resultó fenomenal. Y también tuve mucha suerte (¿o inspiración?) de hacerlo precisamente ese día.
Primero, tuve muy buena inspiración, tras consultar las previsiones del tiempo, porque el día se confirmo como excepcionalmente sin mucho viento, entre 2 días ordinarios respecto a eso. Hay que saber que por esas tierras del sur de la Patagonia, y también por Tierra del Fuego, aún más al sur, el viento fuerte es una característica mayor del clima, especialmente en verano. Y por acá el verano empezará oficialmente dentro de 2 semanas…
Luego, y eso fue pura casualidad, nos encontremos con muchas sorpresas en camino hacia el glaciar. Una particularidad de este « tour alternativo » es que el trayecto de ida no se hace por la nueva ruta 11, asfaltada, sino por la antigua carretera, sin pavimentar. Mientras íbamos por esa carretera, nuestra guía empezó a contarnos sobre El Calafate y su área. Una de las primeras cosas que aprendí es que ese mismo día era la fiesta del pueblo de El Calafate, o mejor dicho, su cumpleaños. ¡Otra coincidencia! Efectivamente, se fundó el 7 de diciembre de 1927, hace 83 años, cuando sólo había unas pocas estancias en la región. El motivo principal era consolidar el poblamiento de la región que seguía en disputa territorial con Chile. La guía también nos habló de la gran aportación económica, hasta los años 1940, de la explotación de la lana. Y entonces ocurrió la primera sorpresa : nos encontremos con una manada de unas 5000 ovejas, vigiladas por unos gauchos a caballo y conducidas por unos perros muy activos. Se trataba de ovejas de una de las mayores estancias de la zona, la estancia Anita, que cuenta en total unas 20000 ovejas. Acababan de entrar en la carretera y sólo les quedaba un par de kilómetros para llegar a la estancia para que las esquilen. Y eso sólo ocurre una vez al año, en diciembre, así que era mucha suerte encontrarse en este lugar en este momento preciso y poder admirar esta escena campestre y el trabajo de los perros. ¡Espectacular! Para terminar con el tema, flipé cuando la guía nos dijo que acá en la estepa patagónica donde sólo llueve unos 300 mm por año, necesitan 4 hectáreas de tierra por oveja, mientras en zonas más verdes del país, puede haber hasta 100 ovejas en la misma superficie. Seguro que a unos de mis tíos y primos, eso les dice aún más que a mí.
Un poco más lejos, paramos en una estancia turística a tomar un café y yo aproveché para tomar una foto de un calafate, un arbusto espinoso característico del sur de la Patagonia y que da bayas de color azul oscuro, que no se comen al natural pero sí se usan para hacer mermeladas, licores o incluso dar un sabor especial a las cervezas artesanales de la región. El nombre del arbusto viene del verbo « calafatear » porque se usaban el aceite de esas bayas para calafatear los barcos de comercio durante sus escalas en la zona. A su vez, el arbusto dio su nombre al pueblo de El Calafate. Al día siguiente probé una tarta con mermelada de calafate y me gustó tanto como la mermelada de frambuesas o de moras (algunos ya saben que eso significa mucho).
En la misma parada, levantando los ojos hacia el cielo, vimos 4 cóndores que habían bajado desde los Andes, probablemente tras oler una carroña en el valle. Eso me recordó cuando vi cóndores por primera vez, y de muy cerca, en el Cañón del Colca, cerca de Arequipa (Perú).
Subimos otra vez al autobús, dejamos la estepa y entramos en el bosque con unos árboles de la familia de las Notofagáceas que sólo se encuentran en una parte del hemisferio sur, precisamente en la Patagonia chilena y argentina, en Australia, Nueva Zelanda, Nueva Guinea y Nueva Caledonia. Al entrar en el Parque Nacional Los Glaciares por acá, hay que pagar 75 pesos argentinos (15 €). Unos minutos después, desde el autobús, por fin divisé el glaciar Perito Moreno…
En un próximo artículo, os contaré todo sobre mi encuentro con esta maravilla de la naturaleza… y publicaré muchas fotos de ese día inolvidable. 😉

”image” N.B. : Pour mieux coller à l’actualité et aussi en raison du caractère exceptionnel de la journée que je vais vous raconter maintenant, je laisse pour plus tard les récits de mes séjours à El Bolsón et à Esquel.
7 décembre. Ce jour restera sans doute comme un des meilleurs souvenirs de mon tour du monde, avec la journée du 7 mai, 7 mois avant jour pour jour (quelle coïncidence!), marquée par la randonnée du Tongariro Alpine Crossing, en Nouvelle-Zélande.
Les jours précédents, 5 et 6 décembre, j’avais voyagé pendant plus de 24 heures non stop en bus depuis Esquel jusqu’à El Calafate. Ce fut mon voyage en bus le plus long, traversant une bonne partie de la Patagonie argentine. Là-bas à El Calafate, je n’avais encore fait guère plus que dîner dans une pizzeria et aller me coucher assez tôt. Je n’avais jamais été dans un lieu aussi austral (50º20′ de latitude sud). Mon dernier record était à Invercargill (46°42′), la ville située la plus au sud de Nouvelle-Zélande.
Le 7 décembre donc, alors que mes amis espagnols font le pont, entre le Jour de la Constitution et le Jour de l’Immaculée Conception, je me lève à 7 heures du matin. A 8 heures pile, la guide entre dans l’auberge pour chercher le groupe et nous commençons alors le « tour alternatif » au glacier Perito Moreno. Cette excursion est plus chère que le tour classique mais elle m’avait été recommandée par mes amis Carmen et Yoann que je remercie beaucoup car ce fut vraiment génial. Et j’ai eu aussi beaucoup de chance (ou j’ai été bien inspiré?) de faire cette excursion précisément ce jour-là.
D’abord, j’ai été bien inspiré, après avoir consulté la météo, parce que la journée s’est confirmée de manière exceptionnelle sans grand vent, entre 2 jours ordinaires à cet égard. Il faut dire que sur ces terres du sud de la Patagonie, et aussi sur Terre de Feu, encore plus au sud, le vent fort est une caractéristique majeure du climat, particulièrement en été. Et par ici, l’été commencera officiellement dans 2 semaines…
Ensuite, et ceci fut un pur hasard, nous allions rencontrer beaucoup de surprises en chemin jusqu’au glacier. Une particularité de ce « tour alternatif » est que le trajet aller ne se fait pas par la nouvelle route 11, bitumée, mais par la vieille route, non bitumée. Alors que nous roulons sur cette route, notre guide commence à nous parler de la ville d’El Calafate et de sa région. Une des premières choses que j’apprends est que ce jour là est la fête du village d’El Calafate, ou plutôt, son anniversaire. Encore une coïncidence! Effectivement, la ville fut fondée le 7 décembre 1927, il y a 83 ans, alors qu’il n’y avait que quelques fermes dans la région. Le but principal était d’accroître le peuplement de la région qui était encore l’objet de dispute territoriale avec le Chili. La guide nous parle aussi du grand apport économique, jusque dans les années 1940, de l’exploitation de la laine. Et alors apparaît la première surprise : nous rencontrons un troupeau de quelques 5000 moutons, surveillés par des « gauchos » à cheval et conduits par des chiens très actifs. Il s’agit de moutons d’une des plus grandes fermes de la région, l' »estancia Anita », qui compte environ 20000 moutons au total. Ils viennent d’entrer sur la route et il ne leur reste que quelques kilomètres à parcourir avant d’arriver à la ferme pour la tonte. Et ceci n’arrive qu’une fois par an, en décembre, et nous avons donc beaucoup de chance de nous trouver là à ce moment précis et pouvoir admirer cette scène champêtre et le travail des chiens. Spectaculaire! Pour finir sur ce sujet, j’ai eu du mal à croire notre guide quand elle nous a dit qu’ici dans la steppe de Patagonie où il ne pleut qu’environ 300 mm par an, il faut 4 hectares de terres par mouton, tandis que dans les zones plus vertes du pays, il peut y avoir jusqu’à 100 moutons sur la même surface. Je suis sûr que cela parle à certains de mes oncles et cousins encore plus qu’à moi.
Un peu plus loin, nous nous arrêtons dans une ferme touristique pour prendre un café et j’en profite pour photographier un calafate, un arbuste épineux caractéristique du sud de la Patagonie et qui donne des baies de couleur bleu sombre, qui ne se mangent pas telles quelles mais s’utilisent pour faire des confitures, des liqueurs ou même donner une saveur particulière aux bières artisanales de la région. Le nom de l’arbuste vient du verbe calfater (« calafatear » en espagnol) parce que l’huile produite par ces baies était utilisée pour calfater (imperméabiliser) les bateaux de commerce lors de leurs escales dans la région. A son tour, l’arbuste donna son nom à la ville d’El Calafate. Le jour suivant, j’ai goûté une tarte à la confiture de calafate et j’ai aimé autant que la confiture de framboises ou de mûres (certains savent déjà que ça veut dire beaucoup).
Lors du même arrêt, en levant les yeux vers le ciel, nous voyons 4 condors qui étaient descendus des Andes, probablement après avoir senti une charogne dans la vallée. Ceci me rappela le jour où j’ai vu pour la première fois des condors, et de très près, dans le Cañón del Colca, près d’Arequipa (Pérou).
Nous montons à nouveau dans le bus, quittons la steppe et entrons dans la forêt avec des arbres de la famille des Nothofagus qui se trouvent seulement dans une partie de l’hémisphère sud, précisément dans la Patagonie chilienne et argentine, en Australie, Nouvelle-Zélande, Nouvelle-Guinée et Nouvelle-Calédonie. En entrant dans le Parc National Los Glaciares (les glaciers) par ce côté-là, il faut payer 75 pesos argentins (15 €). Quelques minutes plus tard, depuis le bus, j’aperçois enfin le glacier Perito Moreno…
Dans un prochain article, je vous raconterai tout sur ma rencontre avec cette merveille de la nature… et je publierai de nombreuses photos de ce jour inoubliable. 😉

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans América, Argentina, Environment, Glaciers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Un día inolvidable (1ª parte) / Un jour inoubliable (1ère partie)

  1. paulig dit :

    Coucou Remiguel !! Si si, j’suis toujours là …
    Alors non seulement tu maîtrises l’art de la rédaction (et de la photo), mais en plus avec ce qu’il faut de suspens pour nous tenir en haleine, quel talent !!
    Y’a aussi un glacier en cours de formation en France (même en BZH, sous la neige), il attend ta visite …
    Ken à veaux
    PauL

    • Rémy LASSET dit :

      Hola Paulig,
      Oui il paraît que l’hiver est rude et en avance en France. Alors oui je promets que lorsqu’un glacier se formera sur les Monts d’Arré, je viendrai voir ça!
      Encore un peu de patience pour la suite, je passe beaucoup de temps à organiser mes transports et à me transporter dernièrement.
      Hasta luego

  2. Philippe dit :

    Comme tu sais bien nous tenir en haleine !! Des photos, des photos du glacier !!

  3. Mónica dit :

    Qué bonita la foto del glaciar, impresionante… Y la del gaucho con las ovejas parece sacada de una escena de una peli 🙂
    Por cierto, he tenido que leer la versión francesa para saber qué significaba « calafatear ».
    Qué curioso que una fruta que se pueda utilizar para impermeabilizar barcos, esté estupenda como mermelada 🙂

  4. florence et dany dit :

    Un petit coucou Rémi pour te dire que je suis toujours là,j’èspère que tu vas bien?La patagonie,excellent c’est l’un des endroit que je mettrais en tete de ton tour du monde.
    Profite bien
    Bises
    FLO et DANY

  5. Carine et Alain dit :

    Salut Remy,
    Nous venons de revenir de notre séjour en Sicile (10 jours) et sommes heureux de pouvoir suivre tes aventures de nouveau. Nous te souhaitons une bonne et heureuse année 2011. Nous sommes certains que cette année te permettra de réfléchir à de nouveaux projets de voyage.
    Quelle belle journée du 07 décembre. Tu sais, cette chance que tu penses avoir eue au cours de certains moments délicieux et privilégiés, se mérite véritablement et nous sommes contents que tu puisses avoir profité de ceux-ci : la rencontre avec ces moutons en est un bel exemple.
    Profite bien de tous les moments qui te sont offerts.
    Carine et Alain.

    • Rémy LASSET dit :

      Hola amigos,
      J’espère que vous avez bien célébré la nouvelle année en Sicile, cet endroit qui vous plaît tellement, avec vos amis. Je vous souhaite aussi une belle année 2011 pleine de voyages. Peut-être un tour à Madrid?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s