Chavín de Huántar, ¿cuna de las civilizaciones andinas?

”image” Martes, día 21 de septiembre. Tras pasar 2 días tranquilos en Huaraz para acostumbrarme a la altitud, me voy de excursión por el valle de Conchucos, del otro lado de la cordillera blanca. Atravesar la segunda cordillera más alta del mundo, como ya os la presentaba en el artículo anterior, significa que probablemente voy a sufrir otra vez del soroche. Así que desayuno con un maté de coca, pero sólo tengo tiempo para tomarme una taza.
Salimos a las 9 y el guía nos divierte durante todo el trayecto de ida presentándose, informándonos de cómo vamos a pasar el día, hablándonos de la cultura chavín y de su legado en la cultura peruana de hoy, de la influencia del sol, de la luna y de las estrellas, etc., todo eso con pasión y también mucho sentido del humor. Tras un par de horas, paramos brevemente en la laguna Querococha. Ya estamos arriba de los 4000 metros. Nunca he estado tan cerca del cielo. Pero seguimos subiendo, hasta cruzar el túnel de Kawish, a más de 4500 metros de altitud. Por fin bajamos y poco antes de llegar a destino, nos paramos para comer. Animado por mi vecina de asiento en el bus, una Limeña, me atrevo a probar el cuy (foto 1). Como dicen que su carne es una de la más nutritiva, me contento de un medio cuy. Viene con « papas » y una salsa picante como a mí me gusta. La verdad es que el sabor parece al conejo, que nosotros gabachos a veces comemos.
Llegamos a Chavín de Huántar (3200 m). Aquí está un yacimiento arqueológico construido entre los años 1200 y 800 a.C., es decir hace más de 3000 años. Era entonces el centro ceremonial más importante del área andina. Aquí acudían miles de peregrinos provenientes de varias regiones de los Andes, trayendo consigo ofrendas para recibir el favor de los dioses. Este lugar dio su nombre a la cultura Chavín, una de las más antiguas e importantes del continente.
El apogeo de la influencia de la cultura chavín se encuentra entre los años 800 y 400 a.C. Este pueblo no conquistaba por la fuerza sino difundiendo su arte y cultura por todo el norte del Perú actual e incluso hasta Ecuador. Su principal deidad era un jaguar aunque también veneraban el cóndor, la serpiente y los dioses humanos. Y precisamente desde el yacimiento de Chavín se pueden ver las siluetas de un jaguar, un cóndor y una serpiente en las formas de las montañas que rodean el lugar (fotos 2, 6 y 7). La verdad es que hace falta un poco de imaginación… Tal vez por eso los sacerdotes chavín tomaban substancias alucinógenas como por ejemplo los cactos de San Pedro (foto 3, por delante del guía). Lo seguro es que las tomaban para transformarse en cualquier de esos animales y así poder comunicar con el dios que le correspondía. La cultura chavín perdió inexplicablemente su influencia unificadora hacia el año 300 a.C. Nuestro guía, tal vez un poco « chavinista », insiste : comparando el yacimiento de Chavín y el de Machu Picchu, se valora mucho más la cultura chavín que la de los Incas, considerando el arte y también los 2500 años que les separan.
Aún no he visto el Machu Picchu pero el yacimiento de Chavín sin duda es mucho menos impresionante a primera vista (fotos 4 y 8). Pero primero, hay que saber que buena parte del centro ceremonial queda bajo tierra, con múltiples galerías construidas en varios niveles en el interior de los edificios. Y segundo es verdad que el arte lítico chavín presenta un gran avance tecnológico, artístico e ideológico. Las principales muestras corresponden a elementos de culto en los cuales se conjugan representaciones de tipos antropomorfo y zoomorfo dando forma a seres sobrenaturales. También se puede identificar el uso de alucinógenos, principalmente en el diseño de narices dilatadas y/o sangrantes. Unos ejemplos de este arte son el Lanzón (foto 9), la Estela Raimundi (foto 5) y las « cabezas clavas » (como la de la foto 10).
Evidentemente, este yacimiento ha sido declarado Patrimonio Mundial por la UNESCO.

”image” Traduction du titre : Chavín de Huántar, berceau des civilisations andines?
Mardi 21 septembre. Après avoir passé 2 journées tranquilles à Huaraz pour m’habituer à l’altitude, je pars en excursion dans la vallée de Conchucos, de l’autre côté de la cordillera blanca. Traverser la deuxième cordillère la plus haute du monde, comme je vous la présentais dans l’article précédent, signifie que je vais probablement ressentir à nouveau le mal d’altitude. Alors je prends un maté de coca au petit-déjeuner, mais je n’ai le temps que de prendre une tasse.
Nous partons à 9 heures et le guide nous divertit pendant tout le trajet en se présentant, en nous informant du déroulement de la journée, en nous parlant de la culture chavín et de son legs dans la culture péruvienne d’aujourd’hui, de l’influence du soleil, de la lune et des étoiles, etc., tout cela avec passion et aussi beaucoup d’humour. Après environ 2 heures, nous nous arrêtons brièvement à la lagune Querococha. Nous sommes déjà au-dessus des 4000 mètres. Je n’ai jamais été aussi près du ciel. Mais nous continuons à monter, jusqu’à passer le tunnel de Kawish, à plus de 4500 mètres d’altitude. Enfin nous descendons et peu avant d’arriver à destination, nous nous arrêtons pour déjeuner. Encouragé par ma voisine du siège d’à-côté dans le bus, une Péruvienne de Lima, je me décide à goûter le cochon d’Inde (photo 1). Comme on dit que sa viande est parmi les plus nutritives, je me contente d’une moitié. Il est accompagné de « papas » (pommes de terre) et d’une sauce piquante juste comme j’aime. En fait, le goût ressemble assez à celui du lapin.
Nous arrivons à Chavín de Huántar (3200 m). Ici se trouve un site archéologique construit entre les années 1200 et 800 avant J.C., c’est-à-dire il y a plus de 3000 ans. C’était alors le centre cérémonial le plus important des Andes. Des milliers de pèlerins s’y rendaient, venant de différentes régions des Andes, apportant avec eux des offrandes pour recevoir la faveur des dieux. Ce lieu a donné son nom à la culture Chavín, une des plus anciennes et importantes du continent.
L’apogée de l’influence de la culture chavín se situe entre 800 et 400 avant J.C. Ce peuple ne faisait pas ses conquêtes par la force mais en diffusant son art et sa culture sur tout le nord du Pérou actuel et même jusqu’en Equateur. Leur principal dieu était un jaguar même s’ils vénéraient aussi le condor, le serpent et les dieux humains. Et justement, depuis le site de Chavín, on peut voir les silhouettes d’un jaguar, d’un condor et d’un serpent dans les formes des montagnes qui entourent l’endroit (photos 2, 6 et 7). C’est vrai qu’il faut un peu d’imagination… C’est peut-être pour cela que les prêtres chavín consommaient des substances hallucinogènes comme par exemple le cactus de San Pedro (photo 3, aux pieds du guide). Ce qui est sûr c’est qu’ils en prenaient pour se transformer en l’un ou l’autre de ces animaux et pouvoir ainsi communiquer avec le dieu qui lui correspond. Inexplicablement, la culture chavín a perdu son influence unificatrice vers l’an 300 avant J.C. Notre guide, peut-être un peu « chauviniste » (pour ne pas dire « chaviniste »), insiste : si on compare le site de Chavín et celui de Machu Picchu, la culture chavín a plus de valeur que celles des Incas, considérant l’art et aussi les 2500 ans qui les séparent.
Je n’ai pas encore vu le Machu Picchu mais le site de Chavín est sans doute moins impressionnant à première vue (photos 4 et 8). Mais il faut savoir, premièrement, qu’une bonne partie du centre cérémonial se trouve sous terre, avec de multiples galeries construites sur plusieurs niveaux à l’intérieur des édifices. Et deuxièmement, c’est vrai que l’art lithique chavín présente une grande avancée technologique, artistique et idéologique. Les œuvres principales correspondent à des éléments de culte dans lesquels se mêlent des représentations de types anthropomorphe et zoomorphe donnant forme à des êtres surnaturels. On peut aussi identifier l’usage d’hallucinogènes, principalement dans le dessin de nez dilatés et/ou saignants. Trois exemples de cet art sont le Lanzón (la grande lance, photo 9), la stèle Raimundi (photo 5) et les « cabezas clavas » (têtes clés, comme sur la photo 10).
Evidemment, ce site a été déclaré Patrimoine Mondial par l’UNESCO.

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article, publié dans América, Perú, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Chavín de Huántar, ¿cuna de las civilizaciones andinas?

  1. Olivier dit :

    Salut Rémy,
    Tu as donné très envie avec le Brésil, mais avec le Pérou, c’est pas mal non plus…et en bonus la photo avant la dégustation…du grand art le demi cochon d’inde. A +

  2. bretona de adopcion dit :

    El de la serpiente sí lo pillo, los demás… es verdad que hay que echarle imaginación, o mucho cactus de ese.. Qué interesante, nunca había oido hablar de la cultura Chavín… parece que los Incas monopolizan la atención!!

    • Rémy LASSET dit :

      Al final me alegro haber dejado el Machu Picchu para el final ya que todas esas culturas pre-Incas que voy descubriendo por ahora son las que dejaron legados a los Incas. En breve os hablaré de los Moches (o Mochicas) y de los Chimús…

  3. Hugo dit :

    t’as pas une photo de « la voisine du siège d’à-côté dans le bus » ?
    tu as l’air en forme en tout cas! bon courage pour la suite… ça m’a bien l’air fatigant le tour du monde. Je sais pas si je vais le faire 😉

    • Rémy LASSET dit :

      Ben non désolé car c’est elle qui m’a piqué mon appareil pour me prendre en photo avec la moitié de cochon d’Inde…
      Oui c’est clair, c’est pas de tout repos mais c’est une bonne fatigue (comme quand tu peux être fatigué d’une journée à la mer ou à la montagne) et puis ça vaut vraiment la peine 🙂

  4. julien dit :

    Alorss ce cochon d’inde??? hahahah tu as aimé? C’est bien tu as pris le bon plat directement a la broche . 😀 . Tu les regardera différemment maintenant 😛

  5. ARNAUD Solange et Jacques dit :

    On espère que le mal d’altitude ne te pertubera pas trop.Comme quoi l’arrivée au ciel n’est pas si facile…
    Fait-on encore des fouilles sur ce site archéologique de Chavin que nous ne connaissions même pas de nom ? Même si le guide a été un peu chauvin, il paraît très intéressant.
    Bonne continuation.

    • Rémy LASSET dit :

      Pour le moment, j’ai vaincu le mal d’altitude. A voir si ça me reprend quand j’irai encore plus haut vers Puno et Cuzco.
      Et oui, les fouilles se poursuivent, en parallèle à la conservation de ce qui a déjà été découvert. Mais ils renoncent à certaines choses, notamment en-dessous, de peur que ça ne s’effondre. Et le guide en effet a été la clé du succès de cette belle journée intéressante et de ce que j’en ai appris et retenu.
      Bises

  6. annie lasset dit :

    C’est de plus en plus passionnant, on aimerait y être, tu as vrament de la chance!merci de nous le faire partager

  7. Annie/Domi dit :

    tu fais des envieux…
    pensons bien à toi.

  8. Veinticinco dit :

    Hola chico de Ikos (et oui ça existe toujours…)

    Pronto vas a probar el cuy al horno espero !!!
    Y tienes que poner el huesecito en forma de zorro que encontrarás en la cabeza en un vaso de cerveza y beberla antés de que el zorro toque el fondo !
    Según Guillermo, lo más complicado es encontrar el zorro…

    Envia un saludo a Arequipa y a los condores de la Colca de mi parte

    Un abrazo

    • Rémy LASSET dit :

      Hola 25 (o XXV, para imitar el tebeo XIII)
      Pues es una buena noticia que siga vivo este grande proyecto, ¿no?
      Lo del zorro no lo sabía. Intentaré la próxima vez, si hay… Porque me quedan muchas otras cosas por probar. Mi condición de mochilero no me permite comer en buenos restaurantes todos los días 😦
      Daré el saludo a Arequipa y a los cóndores y tú en cambio da el saludo a los compañeros Ikosinos.
      Gracias por el mensaje y abrazo

  9. maico dit :

    En la foto q estas almorzando la atención es mala….estuve todo un fin de semana largo c cuando fuimos con mi pareja a Chavin….paramos en ese restaurant y por pedir dos huevos fritos adicionales a mi plato ,me querian cobrar 4 soles más…….POR UN PAR DE HUEVOS FRITOS……Eso no me gusto….De alli el tour siguio su trayecto y el premio para pasar el rato de insabores….fue conocer el templo de Chavín…….MARAVILLOSA ARQUITECTURA….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s