Bom apetite!

”image” 7 semaines, ça passe vite! Hier était mon dernier jour au Brésil. Suite à quelques changements d’horaires de dernière minute, et vus la durée et le coût d’un aller-retour en ville (et du peu d’intérêt qu’elle présente), j’ai passé la nuit (comme prévu) mais aussi la journée entière à l’aéroport de São Paulo – Guarulhos… Drôle de façon de terminer mon tour du Brésil mais bon, j’ai toujours été fasciné par les aéroports… et je commence à m’habituer à y passer des heures! Et puis, les 2 jours précédents, j’ai bien profité de la plage et de l’air insulaire à Ilhabela, histoire de finir en douceur, donc ça va.
A propos de douceur… et avant de fermer le chapitre brésilien, il faut absolument que je vous fasse partager une des nombreuses facettes intéressantes du Brésil : la gastronomie. Et je commence par le petit-déjeuner. Le nom de ce repas matinal n’est pas plus logique en portugais qu’il ne l’est en français. On parle ici de « café da manhã », littéralement café du matin. Et pourtant, c’est beaucoup plus qu’un simple café. Dans la plupart des auberges où j’ai dormi, le « café da manhã » était inclus avec la nuitée et comprenait café, thé, lait, chocolat, jus de fruits frais (orange parfois mais aussi ananas, mangue, maracuja – fruit de la passion -, acérola – sorte de cerise tropicale -, etc.), tranches de fruits frais (généralement banane, ananas, pastèque et melon), croque-monsieur, pain de mie à griller et tartiner de confitures, miel ou « doce de leite » (confiture de lait), gâteaux secs, parfois aussi pâtisseries maison, céréales (photo 1 : échantillon de petit-déjeuner)… Bref, de quoi bien commencer la journée… et tenir parfois jusqu’au soir avant de refaire un vrai repas.
Pour le mal nommé déjeuner (car si on a pris un « petit-déjeuner », on n’est plus à jeun et il est donc impossible de « dé-jeûner ») et pour le dîner, l’offre est variée : le plat du jour, le buffet libre, souvent tarifé au poids mais parfois un prix d’entrée et on mange à volonté, la restauration classique (photos 5 et 8), la restauration rapide (photos 6 et 7),  artisanale ou industrielle, etc. En général, même à Copacabana (sauf sur le front de mer), on peut manger très correctement pour environ 10 reais (soit moins de 5 €). Et en ajoutant environ 3 reais, on a en plus une boisson, eau, bière ou jus de fruits frais.
A côté de ça, il y a une multitude de kiosques et de vendeurs ambulants offrant globalement un large choix pour ceux qui veulent juste un en-cas : salgados (photo 2), tapiocas, épis de maïs cuits à la vapeur, brochettes de viande grillés, pop corn, etc. Et côté boisson, toujours les mêmes, sachant que la liste des jus de fruits frais proposés est bien plus longue que celle du « café da manhã » à l’auberge. S’ajoute notamment le jus d’açaí, fruit d’une sorte de palmier. Le jus rouge sombre est obtenu après broyage du fruit. On en fait aussi des sorbets. Ce fruit a des propriétés anti oxydantes remarquables. Un autre de mes coups de cœur, c’est la noix de coco bien glacée que le vendeur prépare une première fois pour qu’on puisse en boire l’eau, puis une seconde fois sur demande si l’on veut en manger la pulpe (photos 3 et 9). J’adore!
Enfin, toujours dans le registre des liquides (photo 4), la cachaça, dont je n’ai toujours pas compris ce qu’elle a de différent avec le rhum agricole, et les cocktails dérivés, caipirinha en tête (sorte de ti-punch… en plus grand!) A consommer avec modération!
Et maintenant, place à la gastronomie péruvienne dont un premier aperçu dans un restaurant de Madrid m’avait convaincu, peu avant mon départ (voir article correspondant).
(*) Traduction (s’il en est besoin) du titre en portugais : bon appétit!
P.S. : Désolé pour la mauvaise qualité de certaines photos (et l’absence d’autres) mais vous comprendrez que devant de telles tentations, je suis concentré sur autre chose que mon appareil photo…

”image” 7 semanas, ¡qué rápido pasa eso! Ayer era mi último día en Brasil. Tras unos cambios de horarios de última hora, y visto la duración y el coste de una ida y vuelta hasta la ciudad (y del poco interés que presenta), pasé la noche (como previsto) y también el día entero en el aeropuerto de São Paulo – Guarulhos… Vaya manera de terminar mi vuelta a Brasil pero bueno, siempre me han fascinado los aeropuertos… y empiezo a acostumbrarme a pasar horas en ellos. Y hay que decir que durante los 2 días anteriores, disfruté la playa y el aire insular en Ilhabela, para terminar de manera dulce. Entonces, todo bien.
A propósito de dulce… y antes de cerrar el capítulo brasileño, tengo que compartir con vosotros una de las numerosas facetas interesantes de Brasil : la gastronomía. Y empiezo por el desayuno. El nombre de esta comida matutina no es más lógico en portugués que lo es en francés (petit-déjeuner, pequeño desayuno). Aquí se habla de « café da manhã », literalmente café de la mañana. Sin embargo es mucho más que un café. En la mayoría de los albergues donde me he quedado, el « café da manhã » estaba incluido en el precio de la noche y era compuesto de café, té, leche, chocolate, zumos naturales de fruta (naranja a veces pero también piña, mango, maracuyá – fruto de la pasión -, acérola – especie de cereza tropical -, etc.), lonchas de fruta (generalmente plátano, piña, sandía y melón), sándwich de jamón y queso para tostar, pan de molde para tostar y untar con mermeladas, miel o « doce de leite », galletas, a veces también pasteles caseros, cereales (foto 1 : muestra de desayuno)… En resumen, lo suficiente para empezar bien el día… y aguantar a veces hasta la noche para volver a hacer una verdadera comida.
Para el almuerzo y para la cena, la oferta es muy variada : plato del día, bufé libre, a menudo tarificado al peso pero a veces un precio único y se puede comer tanto como quiera, restauración clásica (fotos 5 y 8), restauración rápida (fotos 6 y 7), casera o industrial, etc. En général, même à Copacabana (sauf sur le front de mer), on peut manger très correctement pour environ 10 reais (soit moins de 5 €). Et en ajoutant environ 3 reais, on a en plus une boisson, eau, bière ou jus de fruits frais.
A parte de eso, hay una multitud de quioscos y vendedores ambulantes ofreciendo globalmente una amplia oferta para los que sólo quieren tentempié : salgados (foto 2), tapiocas, espigas de maíz cocidos al vapor, pinchos de carne asada, palomitas, etc. Y por lo de la bebida, siempre las mismas, pero la lista de zumos naturales de fruta es aún más amplia que la del « café da manhã » en el albergue. Se añade, entre otros, el zumo de açaí, fruto de una especia de palma. El zumo rojo oscuro se obtiene tras triturar la fruta. Se hace también sorbetes de açaí. Este fruto tiene propiedades antioxidantes remarcables. Otro de mis flechazos, es el coco bien helada que el vendedor prepara una primera vez para que se pueda beber el agua de coco, y luego una segunda vez si se le pide para poder comer la pulpa (fotos 3 y 9). ¡Me encanta!
Por fin, todavía en el registro de los líquidos (foto 4), la cachaça (aún no he entendido que diferencia tiene con el ron agrícola) y los cócteles derivados, y primero caipirinha. Para consumir con moderación.
Y ahora toca la gastronomía peruana. Tuve una primera convincente en un restaurante de Madrid, poco antes mi salida (ver el artículo correspondiente).
(*) Traducción (si hace falta) del título en portugués : ¡buen provecho!
P.D. : Siento la mala calidad de algunas fotos (y la ausencia de otras) pero seguro que me entendéis si os digo que delante de tales tentaciones, estoy centrado en otra cosa que en mi cámara…

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans América, Brasil 2010, Gastronomie, Perú. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Bom apetite!

  1. audrey dit :

    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH tu m´as donné FAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIMMM!!!!!!!!!!!!

    • Rémy LASSET dit :

      Salut Audrey! J’ai enfin trouvé le genre d’article qui te fait réagir! 😀
      Bon, sache que moi aussi ça m’a donné faim de l’écrire à tel point que j’ai déjà goûté à la grande cuisine péruvienne… Les détails prochainement…

  2. bretona de adopcion dit :

    MMMMMM… qué hambre me has dado, por Dios!!! después de mi triste café de la mañana, me apetece un coco!!

    • Rémy LASSET dit :

      Hola Carmen, ejque vosotros españoles no soléis desayunar mucho. Y tú lo sabes, el desayuno debería de ser una comida completa y variada, no sólo un café, incluso si se le pone algode leche 😉
      El coco en cambio, me parece muy nutritivo, además de refrescar y pasar la sed.

  3. annie lasset dit :

    Pas mal de commencer la journée ainsi!!!!!!!!!!!!!!et tu peux tenir jusqu’au soir!

    Tous ces plateaux paraissent sympatiques .Tu n’as pas manqué de fruits et tu as l’air de vouloir apprecier aussi la gastronomie péruvienne alors bom apetite !

    • Rémy LASSET dit :

      Le temps file à toute allure… J’ai déjà commencé à apprécier la gastronomie péruvienne. Un régal!
      Mais maintenant ce n’est plus « bom apetite! » mais « ¡buen provecho! » 🙂

  4. ARNAUD Solange et Jacques dit :

    Après une virée en Baie de Somme (très belle région), nous avons repris le fil de ton « épopée ». (Merci pour les superbes photos du jardin botanique de Rio).
    La gastronomie brésilienne semble plutôt sympathique. Ce ne doit pas être facile de résister devant autant de bonnes choses. Comment fais-tu pour ne pas prendre un kilo, veinard !
    A bientôt au Pérou.

    • Rémy LASSET dit :

      Je note pour la Baie de Somme (car je ne compte pas m’arrêter de voyager mais les prochains voyages ne seront pas aussi longs que celui-ci).
      La gastronomie brésilienne m’a plu en effet, mais je crois que celle du Pérou me plaira au moins autant!
      Et si je dois résister parfois, c’est plus pour ménager mon portefeuille de routard (et aussi ne pas trop perturber mon organisme avec trop de choses qu’il n’a pas l’habitude de consommer!) Quant à la ligne, je marche beaucoup, ça aide! Et puis peut-être aussi que je tiens ça de papa! 🙂

  5. Mónica dit :

    He engordado 18 kilos sólo de ver las fotos!!
    Qué buena pinta tiene todo!!
    Héctor, que estaba conmigo viendo las fotos, me ha preguntado « Eso guta Eto?? (¿Eso le gusta a Héctor?) Y yo le he dicho que seguro que sí, que con lo zampabollos que es el mozo, seguro que no dejaba ni una sola miga en el plato 🙂
    Desde luego está claro que sabes cuidarte, o al menos cuidar bien tu estómago 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s