About Uluru and Kata Tjuta

”image” Comme promis, je reviens sur ma visite du parc national Uluru – Kata Tjuta pour vous donner quelques éléments d’information concernant la géologie et la dimension sacrée de ces 2 sites pour les aborigènes.
Uluru – Ayers Rock (photos 1 et 3) apparaît comme un monolithe de 3,6 kilomètres de longueur et environ 2 kilomètres de largeur, qui s’élève à 348 mètres au dessus du sol. En réalité, il s’agit seulement d’une partie, dégagée par l’érosion, d’une formation rocheuse en grès dont on estime sans réelle certitude que les 2 tiers restent en sous-sol.
L’origine de sa formation remonte à des dépôts sédimentaires de sable par couches relativement horizontales qui ont ensuite été basculées quasiment à la verticale durant une phase tectonique. Les montagnes ainsi formées ont ensuite subi l’érosion et le sable dégagé a élevé le niveau du sol. Lors de fortes inondations, les eaux ont quant à elles poli et enseveli sous le sable puis dégagé à nouveau le gros rocher que l’on voit émerger aujourd’hui.
L’origine des 36 dômes de la formation rocheuse Kata Tjuta – the Olgas (photos 2 et 4) est similaire, même si le type de roche diffère. Le plus haut dôme, Mount Olga, s’élève à 540 mètres au-dessus du sol.
Pour les Anangus, le peuple aborigène de cette région, ces 2 sites ont une forte dimension sacrée, liée au « Tjukurpa », la base de la culture Anangu. Tjukurpa est souvent traduit par « le temps des rêves » mais il semble que cette traduction soit inappropriée car il ne s’agit pas de rêve au sens occidental. Il s’agit en fait d’une loi traditionnelle qui explique la création du monde, l’existence et qui guide la vie quotidienne des Anangus, indiquant par exemple comment protéger la terre, les animaux, les plantes et les hommes.
Les Anangus se décrivent comme les descendants directs des êtres ancestraux qui sont apparus du vide pour donner forme à la Terre, créer les espèces vivantes et les paysages, tout au long de leurs voyages. Uluru et Kata Tjuta fourniraient des preuves matérielles de ces exploits accomplis lors de la création. Ils sont maintenant le lieu de nombreuses cérémonies pour enseigner cette loi sacrée.
Pour finir, je vous relate un aspect de la culture aborigène qui est souvent visible pour les touristes, même si la cause reste parfois méconnue. Les aborigènes croient en une forme de réincarnation. Après la mort, l’esprit de la personne s’enfonce dans la Terre pour un long voyage à la recherche d’un autre corps dans lequel il réapparaîtra. Pour cela, les aborigènes ne prononcent jamais le nom d’un mort ou ne montre jamais sa photo pendant plusieurs années après sa mort. En effet, rappeler le souvenir d’un mort serait comme rappeler l’esprit du mort dans son ancienne forme physique et troublerait son « voyage » à la recherche d’une nouvelle forme. Voila pourquoi, dans de nombreux musées relatifs aux aborigènes, des noms et photos sont parfois masqués.

”image” Tal y como lo prometí, vuelvo a escribir sobre mi visita al parque nacional Uluru – Kata Tjuta para daros unos elementos de información respecto a la geología y la dimensión sagrada de estos 2 sitios para los aborígenes.
Uluru – Ayers Rock (fotos 1 y 3) aparece como un monolito de 3,6 kilómetros de longitud y entorno a 2 kilómetros de anchura, que se eleva a 348 metros arriba del suelo. En realidad, sólo se trata de una parte, soltada por la erosión, de una formación rocosa en arenisca. Se estima sin certitud que los 2 tercios se quedan en el subsuelo.
El origen de su formación viene de sedimentos de arena por capas relativamente horizontales que luego fueron volcadas casi en vertical durante una fase tectónica. Las montañas así formadas luego pasaron la erosión y la arena soltada hizo que el nivel del suelo subió. Durante fuertes inundaciones, las aguas pulieron y sepultaron bajo la arena y luego soltaron otra vez la gran roca que hoy en día se ve emerger.
El origen de las 36 cúpulas de la formación rocosa Kata Tjuta – the Olgas (fotos 2 y 4) es similar, aunque el tipo de roca difiere. La cúpula más alta, Mount Olga, se eleva a 540 metros arriba del suelo.
Para los Anangus, el pueblo aborigen de esta región, estos 2 sitios tienen una fuerte dimensión sagrada, relacionada con « Tjukurpa », la base de la cultura Anangu. Tjukurpa a menudo está traducida por « el tiempo de los sueños » pero parece que esta traducción sea inapropiada porque no se trata de sueño en el sentido occidental. De hecho se trata de una ley tradicional que explica la creación del mundo, la existencia y que guía la vida cotidiana de los Anangus, indicando por ejemplo como proteger la tierra, los animales, las plantas y los hombres.
Los Anangus se describen como los descendientes directos de seres ancestrales que aparecieron del vacío para dar forma a la Tierra, crear las especies vivas y los paisajes, a lo largo de sus viajes. Uluru y Kata Tjuta proporcionarían unas pruebas materiales de estas proezas realizadas durante la creación. Ahora son el lugar de numerosas ceremonias para enseñar esta ley sagrada.
Para concluir, os cuento un aspecto de la cultura aborigen que los turistas pueden ver a menudo, aunque la explicación a veces se queda incomprendida. Los aborígenes creen en una forma de reencarnación. Tras la muerte, el espíritu de la persona se hunde en la Tierra para un largo viaje en búsqueda de otro cuerpo en el cual volverá a aparecer. Por eso los aborígenes nunca pronuncian el nombre de un muerto y tampoco muestran su foto durante años tras su muerte. Efectivamente, recordar a un muerto sería como llamar a escena el espíritu del muerto en su antigua forma física y trastornarían su « viaje » en búsqueda de una nueva apariencia. Es porque en numerosos museos tratando de los aborígenes, a veces se esconde algún nombre o alguna foto.

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans Australia. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour About Uluru and Kata Tjuta

  1. Mónica dit :

    Cómo me gustan las leyendas de este tipo 🙂
    Gracias Rémy.
    Buscaré algo más por ahí porque está chulo esto que nos has contado.

  2. Philippe dit :

    Merci Rémy pour ces précisions. A bientôt

  3. ZIMMERMANN dit :

    Merci Rémy , grâce à tes parents qui m’ont donné tes coordonnées, je voyage avec toi à l’autre bout du monde, donc en Alsace avec Gilbert je rêve du Brésil où nous avons fait un voyage avec les amis BLOT du Mans – région de Salvador de Bahia – Iguacu- Paraty- ( magnifiques souvenirs de paysages merveilleux ) et bien sûr : Rio et Sao Paulo.
    Bonne continuation , bonne route , avec toute notre amitié.
    Jacqueline et Gilbert

    • Rémy LASSET dit :

      Merci à tous les 2. Je n’ai pas encore commencé à explorer les lieux que vous connaissez mais ça ne saurait tarder, à commencer par Salvador le 20 août.
      Amitiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s