Road trip « Red Centre », day 3 : Uluru (Ayers Rock)

”image”

Troisième et dernier jour dans le « centre rouge » australien. Après Watarrka National Park (Kings Canyon) puis Kata Tjuta (the Olgas), le programme consiste à voir le fameux rocher au lever du soleil (photo 1), le voir de plus près que la veille au soir, en faire le tour à pied même… puis refaire les 450 kilomètres de route qui me sépare d’Alice Springs avant la tombée de la nuit. En effet, dans l’outback australien, il est fortement déconseillé de rouler la nuit en voiture « légère » (photo 6), en raison du risque élevé de collisions avec les animaux sauvages, kangourous et autres wallabies en tête.
Dans le froid matinal, je commence par le côté est la randonnée nommée Uluru Base Walk (la marche à la base d’Uluru) et je tournerai dans le sens des aiguilles d’une montre. C’est une marche très facile, parfaitement plate, mais assez longue : 3 bonnes heures (en comptant les arrêts photos et autres) pour 10,4 kilomètres. Cela vous donne déjà une idée de la grandeur de ce monolithe : sans jamais trop s’en écarter, il faut parcourir plus de 10 km pour en faire le tour.
Au début, les premiers rayons de soleil donnent parfois de très belles couleurs, tant sur le monolithe que sur le terrain qui l’entoure (photos 2 et 7). A certains endroits, sous le coup de l’érosion, le rocher offre d’impressionnantes aspérités ou cavités (photo 3). Arrivé au nord-ouest d’Uluru, en me retournant, j’ai une vue sur Kata Tjuta, à environ 20 km d’ici (photo 8). Sur le côté sud, dans l’ombre, la roche présente des stries parallèles, de haut en bas, témoins de l’érosion par l’eau de pluie pendant des dizaines de millions d’années et comme une grande bouche près de la base (photo 4). Un peu plus loin, le chemin passe vraiment au contact du monolithe (photo 9), avant d’arriver à un bassin (photo 5). Enfin, de retour au point de départ, je constate que quelques touristes se lancent dans l’ascension d’Uluru, malgré les nombreux avertissements sur le danger qu’elle représente et surtout l’offense faite aux aborigènes pour lesquels ce lieu est sacré (photo 10).
Pour ma part, je reste en bas et, alors que je m’apprête à rejoindre la voiture, j’ai la surprise d’être interpelé par Sonia, une française connue 4 mois plus tôt à Sydney, dans la très bonne auberge « Eva’s backpackers ». Une énième coïncidence donc, pas la dernière, mais malheureusement Sonia a encore moins le temps que moi pour discuter un peu car elle est ici en voyage organisé avec un groupe.
Je reprends donc la route tranquillement et arriverai sans encombres à Alice Springs avant la nuit. Quelques arrêts me donneront de nouvelles impressions et images de l’outback australien. J’en ferai état dans un prochain article, mais avant cela je reviendrai aussi sur les aspects géologiques et spirituels d’Uluru et aussi de Kata Tjuta. Ce dernier ensemble a ma préférence en raison de la beauté des points de vue tout au long de la randonnée de la Valley of the Winds.

”image”

Tercer y último día en el « centro rojo » australiano. Tras Watarrka National Park (Kings Canyon) y luego Kata Tjuta (the Olgas), el programa consiste en ver la famosa roca por el amanecer (foto 1), verla de más cerca que el día anterior al anochecer, también dar la vuelta a pie a su alrededor… y luego volver a recorrer los 450 km de carretera para llegar a Alice Springs antes del anochecer. Efectivamente, en el outback australiano, se recomienda fuertemente no circular al volante de un coche « ligero » (foto 6), por el alto riesgo de entrar en colisión con animales salvajes, como por ejemplo canguros y otros walabis.
En el frío de la mañana, empiezo la caminata nombrada Uluru Base Walk por el lado este y daré la vuelta en el sentido de las agujas del reloj. Es una caminata muy fácil, totalmente llana, pero bastante larga : más de 3 horas (contando las paradas para tomar fotografías u otros motivos) para 10,4 kilómetros. Ya tenéis una idea del tamaño de este monolito : sin nunca alejarse mucho de él, hay que recorrer más de 10 km para darle la vuelta.
Al principio, los primeros rayos de sol dan unos colores muy bonitos tanto en el monolito como el solar que lo rodea (fotos 2 y 7). Por unas partes, gracias al efecto de la erosión, la roca ofrece unas impresionantes  asperezas o cavidades (foto 3). Al llegar al noroeste de Uluru, mirando atrás, tengo una vista sobre Kata Tjuta, a unos 20 km de aquí (foto 8). Por el lado sur, en la sombra, la roca presenta unas estrías paralelas, de arriba hacia abajo, testigos de la erosión por el agua pluvial durante millones de años y algo que parece una gran boca cerca de la base (foto 4). Un poco más lejos, el camino pasa realmente al contacto con el monolito (foto 9), antes de llegar a una cuenca (foto 5). Por fin, al volver al punto de partida, me doy cuenta de que unos turistas están subiendo Uluru, a pesar de los numerosos consejos fijados en cuanto al peligro que representa y sobre todo la ofensa hecha a los aborígenes para quienes este lugar es sagrado (foto 10).
Por mi parte, me quedo abajo y, mientras estoy a punto de llegar al coche, tengo la sorpresa de estar interpelado por Sonia, una francesa conocida 4 meses antes en Sydney, en el muy buen hostal « Eva’s backpackers ». Una enésima coincidencia entonces, no será la última, pero desgradaciadamente Sonia tiene aún menos tiempo que yo para hablar un rato porque está aquí viajando con un grupo guiado.
Vuelvo entonces tranquilamente a tomar la carretera y llegaré sin problema a Alice Springs antes de la noche. Unas paradas me darán otras impresiones e imágenes del outback australiano. Lo contaré en un próximo artículo, pero antes de eso volveré también a tratar de los aspectos geológicos y spirituales de Uluru y también de Kata Tjuta. Este último conjunto es mi preferido debido a la belleza de las vistas que ofrece a lo largo de la caminata de la Valley of the Winds.

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans Australia, Road trips. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Road trip « Red Centre », day 3 : Uluru (Ayers Rock)

  1. Mónica dit :

    Qué bonito Rémy.

    Y qué insignificante debe sentirse un@ al lado de semejante mole anaranjada.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s