Revue de projet, phase Elaboration / Revisión de proyecto, fase Elaboration

”image” Avertissement! Cet article fait quelques références aux termes employés dans une méthodologie de gestion de projets que seuls mes collègues de travail madrilènes et lyonnais connaissent. Ils verront ainsi que j’applique nos « bonnes pratiques » à mon projet personnel autant (au moins) qu’à nos projets informatiques… et noteront quelques différences, sans doute liés au contexte… Les autres lecteurs, c’est-à-dire l’immense majorité d’entre vous, devront donc faire un petit effort d’imagination pour comprendre certaines métaphores ou même s’en passer, le fond restant normalement compréhensible par tous.
Les lecteurs assidus de mon blog ont remarqué que celui-ci est un peu fouilli entre, d’une part, les récits de road trips effectués ou autres aventures vécues, publiés maintenant avec un différé de plus d’un mois, et d’autre part, le « direct », les nouvelles de l’instant et les billets d’humeur… J’espère que vous parvenez à vous y retrouver, notamment dans cette superposition de 2 chronologies décalées. Pour vous aider, en particulier à savoir où je suis à un moment donné, n’oubliez pas de jeter un oeil à la colonne de droite. Ainsi, vous serez rassurés… si j’en suis encore à vous raconter la fin de mon séjour en Tasmanie, je suis bel et bien actuellement en Nouvelle Zélande!
En gros, les prochains articles en différé concerneront donc la fin de mon périple en Tasmanie, puis la traversée du détroit de Bass en ferry (photo 1), la découverte et le long séjour en 2 temps à Melbourne, le road trip d’une semaine sur la Great Ocean Road, passant par les Grampians puis à nouveau la côte jusqu’à Adelaide et retour à Melbourne, et enfin le voyage en Nouvelle Zélande. Je ne sais pas encore si je continuerai à faire ça en mode journal de voyage, comme pour le 1er road trip en Tasmanie, ou de façon plus thématique. A voir… (et si vous avez des préférences ou suggestions, n’hésitez pas à me les communiquer)
Quant aux articles « en direct » (parfois écris en « frañol » pour gagner du temps, là encore dites-moi ce que vous en pensez), il y aura peut-être encore, comme dernièrement, quelques nouvelles rapides de mon périple en Nouvelle Zélande et des annonces sur mes aventures à venir, au fur et à mesure que je les planifierai. A propos de l’avenir, le parcours stratégique (niveau projet pour mes collègues connaisseurs ;-)) est à peu près ordonné mais les dates ne sont pas fixées et la tactique (niveau itération) peut varier selon les opportunités (oui, oui, j’ai bien dit, mon projet s’expose plus à des opportunités qu’à des risques, ça me change… et je ne m’en plains pas! 🙂 Donc en gros, la stratégie est la suivante :
1. L’île nord de la Nouvelle Zélande et Auckland qui est même mon prochain jalon, ma prochaine bouée, point de passage obligé, puisque le vol Auckland – Perth fait partie de mon billet tour du monde.
2. Perth (jalon suivant donc) et sa région, le sud-ouest australien.
3. Alice Springs et Uluru, le nom aborigène de la montagne sacrée connue aussi sous le nom d’Ayers Rock. Là je n’ai pas d’obligation contractuelle mais je ne conçois pas de ne pas visiter ce site. Et pour y aller, il y a différentes options : l’avion ou un autre road trip bien sûr, mais j’aimerais bien faire la totalité ou une partie du trajet en empruntant le célèbre Indian Pacific Train qui traverse l’Australie d’ouest en est en reliant Perth à Sydney via Adelaide et/ou le non moins célèbre Ghan qui relie Darwin et Adelaide sur un axe nord – sud, en passant par Alice Springs. Une solution serait donc de passer par Adelaide.
4. Je retrouverai ensuite la côte, au nord cette fois, à Darwin et visiterai le Kakadu National Park tout proche. Si je n’emprunte pas le train pour aller à Alice Springs, le trajet Alice Springs – Darwin avec le Ghan est aussi une possibilité.
5. Je reviendrai enfin sur Sydney en suivant les côtes nord puis est, en passant par Cairns, la grande barrière de corail et Brisbane. Ça pourrait bien faire l’objet d’un (ou plusieurs) road trip de plus! Et le sous-projet « Océanie », la boucle australienne (et néo-zélandaise), seront bouclés.
En terme de planning, en phase d’inception (disons initialisation pour les non initiés) de mon projet, je m’étais donné jusqu’au 17 août, date prévisionnelle de mon vol Sydney – Sao Paulo. Mais j’ai vite compris que j’avais fait une erreur, car cela ferait plus de 6 mois en Océanie et sans doute pas plus de 5 mois en Amérique du Sud, ce qui est trop peu. L’objectif que je me suis fixé en fin d’inception est donc de tenter d’arriver à Sydney à la mi juillet pour une phase de transition rapide du premier sous-projet et le début d’inception du sous-projet « Amérique du Sud », en tentant de lui préserver une durée de 6 mois.
Au niveau stratégique encore, l’idée est de poursuivre avec des formules qui ont prouvé leur efficience (intérêt / coût) : logement chez l’habitant dans les villes, partages de road trips pour les excursions non urbaines.
Voila, je soumets ce résumé actualisé de mon « Development Plan » à vos commentaires, remarques, suggestions ou validation, ce qui constituera la revue de phase Elaboration pour mon projet Tour du Monde et notamment sa première partie. Et je pense que je prendrai des décisions concernant notamment les points 3 et 4 et l’éventuelle réservation des trains lorsque je serai à Auckland ou à Perth, plus facilement connecté à internet. A vous lire donc!
P.S. 1 : Il manque le bilan économique mais ce résumé est déjà assez long… Alors je vous communiquerai quelques données plus tard. Pour résumer, le budget est sous surveillance mais il n’y a pas d’alerte…
P.D. 2 : Je joins quelques photos de Wellington (toutes sauf la première), où je suis actuellement.

”image” ¡Aviso! Este artículo hace unas referencias a un vocabulario empleado en una metodología de gestión de proyectos que sólo mis compañeros de trabajo de Madrid y de Lyón conocen. Así verán que aplico nuestras « buenas prácticas » en mi proyecto personal tanto (por lo menos) como a nuestros proyectos informáticos… y notarán algunas diferencias, sin duda debidas al contexto… Los otros lectores, es decir la inmensa mayoría de vosotros, tendrán entonces que hacer un pequeño esfuerzo de imaginación para entender unas metáforas o incluso pasarse de ellas, el fondo quedando en principio comprensible por todos.
Los lectores asiduos de mi blog ya han notado que éste está un poco desorganizado entre, de una parte, los cuentos de road trips hechos u otras aventuras vividas, publicadas ahora con un diferido de más de un mes, y de otra parte, el « directo », las noticias del instante y los mensajes de humor… Espero que no os perdéis, particularmente con esta superposición de 2 cronologías desfasadas. Para ayudaros, especialmente para saber donde estoy en un momento dado, no olvidéis de echar un vistazo en la columna derecha. Así estaréis tranquilizados… si aún voy contándoos del fin de mi estancia en Tasmania, sí que estoy ahora en Nueva Zelanda.
En resumen, los próximos artículos en diferido tratarán entonces del fin de mi recorrido en Tasmania, luego la travesía del estrecho de Bass con el ferry (foto 1), el descubrimiento y la larga estancia en 2 fases en Melbourne, el road trip de una semana por la Great Ocean Road, pasando por las Grampians y luego de nuevo la costa hasta Adelaide y la vuelta a Melbourne, y por fin el viaje por Nueva Zelanda. Aún no sé si seguiré contándoos eso en modo diario de viaje, como para el primer road trip en Tasmania, o de manera más temática. A ver… (y si tenéis preferencias o sugerencias… que no dudéis en comunicármelas)
En cuanto a los artículos « en directo » (a veces escritos en « frañol » para ganar tiempo, decidme también lo que opináis de eso), tal vez habrá, como últimamente, más noticias breves de mi periplo por Nueva Zelanda y más anuncios en cuanto a mis aventuras por venir, a medida de que lo tendré claro. A propósito del futuro, el recorrido estratégico (nivel proyecto para mis compañeros expertos ;-)) está más o menos ordenado pero las fechas quedan por fijar y la táctica (nivel iteración) puede variar según las oportunidades (si, si, habéis leído bien, mi proyecto se expone más a oportunidades que a riesgos… eso me cambia la cosa… ¡y no me quejo! 🙂 Entonces en resumen, la estrategia es la siguiente :
1. La isla norte de Nueva Zelanda y Auckland que incluso es mi próximo jalón, mi próxima boya, punto de paso obligatorio, ya que el vuelo Auckland – Perth forma parte de mi billete de vuelta por el mundo.
2. Perth (jalón siguiente entonces) y su región, el suroeste australiano.
3. Alice Springs y Uluru, el nombre aborígeno de la montaña sagrada también conocida con el nombre de Ayers Rock. Ahí no tengo ninguna obligación contractual pero no puedo imaginar que no visitaré este sitio. Y para ir ahí, hay distinctas opciones : el avión u otro road trip por supuesto, pero me gustaría hacer todo o parte del trayecto cogiendo el famoso Indian Pacific Train que atravesa Australia del oeste hacia el este uniendo Perth con Sydney via Adelaide y/o el tanto famoso Ghan que une Darwin con Adelaide en un eje norte – sur, pasando por Alice Springs. Una solución estaría entonces pasarme otra vez por Adelaide.
4. Luego volveré a encontrar la costa, en el norte esta vez, en Darwin, y visitaré el muy cercano Kakadu National Park. Si no cojo el tren para ir a Alice Springs, el trayecto Alice Springs – Darwin con el Ghan es otra posibilidad.
5. Por fin volveré a Sydney siguiendo las costas norte y luego este, pasando por Cairns, la grand barrera de arrecifes y Brisbane. Eso podría perfectamente dar lugar a otro (u otros) road trip más… Y el subproyecto « Oceania », el bucle australiano (y neocelandes), estarán acabados.
En cuanto al planning, en fase de « incepction » (digamos inicialización para simplificar) de mi proyecto, me había dado hasta el 17 de agosto, fecha previsional de mi vuelo Sydney – Sao Paulo. Pero rápidamente entendí que había cometido un error, porque eso haría más de 6 meses en Oceania y sin duda no más de 5 meses en América del Sur, lo que no es suficiente. Entonces el objetivo que me he dado en fin de « inception » era de intentar llegar a Sydney a mitad de julio para una rápida fase de « transition » del primer subproyecto y el inicio del subproyecto « América del Sur », intentando preservarle una duración de 6 meses.
A nivel estratégico todavía, la idea es seguir con fórmulas que ya han probado su eficiencia (interés / coste) : alojamiento en casa de particulares en las ciudades, road trips compartidos para las grandes excursiones fuera de las ciudades.
Pues eso, someto este resumen actualizado de mi « Development Plan » a vuestros coemntarios, remarcas, sugerencias o validación, lo que constituíra la revisión de fase « Elaboration » para mi proyecto Vuelta al Mundo y particularmente su primera parte. Y pienso que tomaré decisiones especialemente en cuanto a los puntos 3 y 4 y la eventual reserva de los trenes cuando estaré en Auckland o en Perth, más facilmente conectado a internet. ¡Espero leeros entonces!
P.D. 1 : Falta el balance económico pero este resumen ya está largo. Así que os daré unos datos luego. Para resumir, el presupuesto está bajo vigilencia pero no hay alerta…
P.D. 2 : Adjunto unas fotos de Wellington (todas salvo la primera), donde estoy por ahora.

Revue de projet, phase Elaboration / Revisión de proyecto, fase Elaboration

Avertissement! Cet article fait quelques références aux termes employés dans une méthodologie de gestion de projets que seuls mes collègues de travail

madrilènes et lyonnais connaissent. Ils verront ainsi que j’applique nos « bonnes pratiques » à mon projet personnel autant (au moins) qu’à nos projets

informatiques… et noteront quelques différences, sans doute liés au contexte… Les autres lecteurs, c’est-à-dire l’immense majorité d’entre vous, devront

donc faire un petit effort d’imagination pour comprendre certaines métaphores ou même s’en passer, le fond restant normalement compréhensible par tous.
Les lecteurs assidus de mon blog ont remarqué que celui-ci est un peu fouilli entre, d’une part, les récits de road trips effectués ou autres aventures

vécues, publiés maintenant avec un différé de plus d’un mois, et d’autre part, le « direct », les nouvelles de l’instant et les billets d’humeur… J’espère

que vous parvenez à vous y retrouver, notamment dans cette superposition de 2 chronologies décalées. Pour vous aider, en particulier à savoir où je suis à un

moment donné, n’oubliez pas de jeter un oeil à la colonne de droite. Ainsi, vous serez rassurés… si j’en suis encore à vous raconter la fin de mon séjour

en Tasmanie, je suis bel et bien actuellement en Nouvelle Zélande!
En gros, les prochains articles en différé concerneront donc la fin de mon périple en Tasmanie, puis la traversée du détroit de Bass en ferry, la découverte

et le long séjour en 2 temps à Melbourne, le road trip d’une semaine sur la Great Ocean Road, passant par les Grampians puis à nouveau la côte jusqu’à

Adelaide et retour à Melbourne, et enfin le voyage en Nouvelle Zélande. Je ne sais pas encore si je continuerai à faire ça en mode journal de voyage, comme

pour le 1er road trip en Tasmanie, ou de façon plus thématique. A voir… (et si vous avez des préférences ou suggestions, n’hésitez pas à me les

communiquer)
XXX multilinguisme
Quant aux articles « en direct », il y aura peut-être encore, comme dernièrement, quelques nouvelles rapides de mon périple en Nouvelle Zélande et des annonces

sur mes aventures à venir, au fur et à mesure que je les planifierai. A propos de l’avenir, le parcours stratégique (niveau projet pour mes collègues

connaisseurs ;-)) est à peu près ordonné mais les dates ne sont pas fixées et la tactique (niveau itération) peut varier selon les opportunités (oui, oui,

j’ai bien dit, mon projet s’expose plus à des opportunités qu’à des risques, ça me change… et je ne m’en plains pas! 🙂 Donc en gros, la stratégie est la

suivante :
1. L’île nord de la Nouvelle Zélande et Auckland qui est même mon prochain jalon, ma prochaine bouée, point de passage obligé, puisque le vol Auckland –

Perth fait partie de XXX mon billet tour du monde.
2. Perth (jalon suivant donc) et sa région, le sud-ouest australien.
3. Alice Springs et Uluru, le nom aborigène de la montagne sacrée connue aussi sous le nom d’Ayers Rock. Là je n’ai pas d’obligation contractuelle mais je ne

conçois pas de ne pas visiter ce site. Et pour y aller, il y a différentes options : l’avion, un autre road trip bien sûr, mais j’aimerais bien faire la

totalité ou une partie du trajet en empruntant le célèbre Indian Pacific Train qui traverse l’Australie d’ouest en est en reliant Perth à Sydney via Adelaide

et/ou le non moins célèbre Ghan qui relie Darwin et Adelaide sur un axe nord – sud, en passant par Alice Springs. Une solution serait donc de passer par

Adelaide.
4. Je retrouverai ensuite la côte, au nord cette fois, à Darwin et visiterai le Kakadu National Park tout proche. Si je n’emprunte pas le train pour aller à

Alice Springs, le trajet Alice Springs – Darwin avec le Ghan est aussi une possibilité.
5. Revenir sur Sydney en suivant les côtes nord puis est, en passant par Cairns, la grande barrière de corail et Brisbane. Ça pourrait bien faire l’objet

d’un (ou plusieurs) road trip de plus! Et le sous-projet « Océanie », la boucle australienne (et néo-zélandaise), seront bouclés.
En terme de planning, en phase d’inception (disons initialisation pour les non initiés) de mon projet, je m’étais donné jusqu’au 17 août, date prévisionnelle

de mon vol Sydney – Sao Paulo. Mais j’ai vite compris que j’avais fait une erreur, car cela ferait plus de 6 mois en Océanie et sans doute pas plus de 5 mois

en Amérique du Sud, ce qui est trop peu. L’objectif que je me suis fixé en fin d’inception est donc de tenter d’arriver à Sydney à la mi juillet pour une

phase de transition rapide du premier sous-projet et le début d’inception du sous-projet « Amérique du Sud », en tentant de lui préserver une durée de 6 mois.
Au niveau stratégique encore, l’idée est de poursuivre avec des formules qui ont prouvé leur efficience (intérêt / coût) : logement chez l’habitant dans les

villes, partages de road trips pour les excursions non urbaines.
XXXXXX
Quant au bilan économique, il peut sembler sur la mauvaise pente mais je pense objectivement qu’il reste maîtrisé. Je m’étais donné une limite de 50 € par

jour tout compris : achat du billet tour du monde, des achats préalables au voyage, transports y compris entre Paris et Brest, toutes les dépenses effectuées

depuis mon envol pour l’Australie (hébergement, alimentation, activités, transports, communication, souvenirs, cadeaux), ainsi que les frais d’assurance

(spéciale tour du monde) et de garde-meubles à répartir sur toute la durée de mon voyage. Un des objectifs pour y parvenir : passer près de la moitié de mes

nuitées en hébergement gratuit, notamment chez l’habitant. En février, le bilan est très positif puisque mes dépenses s’élèvent à 45 €/jour avec 6 nuits

gratuites sur 18. En mars, bilan positif aussi puisque je tiens tout juste les 50 €/jour malgré les roads trips qui restent tout de même une façon onéreuse

de voyager, même à 2. Les « clés de la réussite » au mois de mars : l’intégralité de mes 14 nuits passées à Melbourne l’ont été chez l’habitant (en

CouchSurfing et chez mon pote Jeremy) et le convoyage d’un campervan pour faire la traversée Tasmanie – Melbourne. J’ai même pu effectuer quelques dépenses

« d’agrément » et parfois durables sans dépasser le budget de référence : le Grand prix de Formule 1, mon beau chapeau australien, et d’autres que je

dévoilerai plus tard. En avril, la moyenne monte en flèche à 70 € par jour mais il faut considérer certains aspects : j’ai profité d’être à Melbourne pour

acheter et expédier des cadeaux à ma famille, j’ai acheté mon premier vol hors billet tour du monde pour rejoindre la Nouvelle Zélande (aller simple

Melbourne – Christchurch à 240 dollars australiens soit environ 180 €), la fin du road trip Great Ocean Road et notamment le retour seul d’Adelaide à

Melbourne, le long road trip en Nouvelle-Zélande, quelques dépenses durables encore (notamment ma carte de membre YHA – auberges de jeunesse, bon

investissement qui sera amorti ddans les semaines à venir) et des achats de piles pas toujours réussis pour faire plein de photos… L’avantageux taux de

change entre l’euro et le dollar néo-zélandais a limité les dégâts et, une fois de plus, le bilan hébergement est encourageant avec 5 nuits chez Jeremy

(merci à lui) et 1 nuit squattée dans le hall de l’aéroport (pas bien dormi mais douche chaude et gratuite, le grand luxe), contre seulement 4 nuits en

auberges, les autres étant en campervan.
Je pense que je vais avoir du mal à revenir dans la limite de 50 € par jour avant mon départ pour l’Amérique du Sud mais je devrais pouvoir être bien en-

dessous là-bas. Et puis si je suis venu ici, c’est bien pour voir le pays. Il faut donc parcourir des milliers de kilomètres… et ça coûte cher. En résumé,

je dirai qu’il faut surveiller les finances mais qu’il n’y a pas d’alerte. 🙂
XXXXXX
Voila, je soumets ce résumé actualisé de mon « Development Plan » à vos commentaires, remarques, suggestions ou validation, ce qui constituera la revue de

phase Elaboration pour mon projet Tour du Monde et notamment sa première partie. Et je pense que je prendrai des décisions concernant notamment les points 3

et 4 et l’éventuelle réservation des trains lorsque je serai à Auckland ou à Perth, plus facilement connecté à internet. A vous lire donc!

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans Australia, Messages, New Zealand - Aotearoa, Préparatifs. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Revue de projet, phase Elaboration / Revisión de proyecto, fase Elaboration

  1. Tomtom dit :

    Hi, hola, bonjour
    First, para los résumés en “frañol” it’s OK pour me, entiendo everything!
    Me das cuento de que tu étais toujours a bit late dans tes écrits. Don’t worry, profites de tù viaje, tendras todo el tiempo para escribir ton blog ou pourquoi pas un livre when you’ll have finish ton voyage.
    Have un bueno voyage.
    Pour les termes techniques çà me rapelle vaguement les quelques heures de cours de gestion de projet que j’ai eu sur Mircrosoft Project quand j’étais à l’école mais çà reste toujours du chinois pour moi!
    See ya, adios, à la prochaine!
    TOM

    • Rémy LASSET dit :

      Muchas gracias, my friend! Tu as raison, la prioridad is to live mi viaje mais i want to compartir mis experiencias et aussi les raconter will allow me recordarlas dans le futur.
      A+ et bravo for your excelente « frañol »

  2. paulig dit :

    Oublie le boulot (et ses termes barbares) … jusqu’en 2011, ha ha ha !!!
    Par contre le « frañol » c’est amusant !
    (PS perso : Moi aussi j’ai pris des « grandes vacances » : 3 mois à Kerhuon, payé par la Sécurité Sociale …)

  3. Mónica dit :

    ya me gustaría a mí planificar y ejecutar proyectos así, especialmente pq te resbala el TNF 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s