« Son mis amigos » / Ce sont mes amis

”image” Artículo sin traducir… pero seguro que os enteréis de lo esencial leyéndolo en francés

”image” Jeudi 4 février, 9h50. Il a plu ce matin sur Madrid. Je réalise cela alors que l’avion roule déjà sur la piste. Il faut dire qu’il a quitté la passerelle avec 40 minutes de retard, après avoir attendu le feu vert de la tour de contrôle. Alors, je me suis déjà plongé dans les premières pages du guide Lonely Planet de l’Argentine, celui que des amis m’ont offert récemment et que je n’avais fait que feuilleter. Il faudra bien que je me replonge dans le guide de l’Australie aussi mais j’aurai 26 heures 30 de voyage pour cela la semaine prochaine. Et même si mon entrée en Argentine est prévue pour novembre ou décembre, il faut que je me fasse quelques idées plus précises afin d’en parler plus efficacement avec Pablo, ex collègue à Madrid, Argentin d’origine, Andalou d’adoption, puis installé à Rennes depuis plus de 2 ans, que je retrouverai à Brest dimanche.

Après quelques pages, je me dis déjà que les 2 mois prévus risquent d’être insuffisants pour découvrir et profiter de toutes les richesses de ce pays. Peut-être que j’y reviendrai très vite. Peut-être même que c’est un pays où j’aimerais m’installer un jour. Peut-être faut-il que j’accélère le rythme sur les étapes précédentes afin de ne pas rester sur ma faim lors de l’ultime destination de mon aventure. Raccourcir sur l’Australie? sur le Brésil? On verra, il faudra faire des choix…

Je me laisse aller par mes songes… Je réalise que l’avion roule sur la piste. Je regarde par le hublot… Il pleut. La visibilité est réduite. Je cherche sur l’horizon quelque chose qui me rappelle Madrid. Je ne distingue que les 4 immenses tours récemment construites sur l’ancien terrain d’entraînement du Real Madrid. Et je songe maintenant à ces 5 années passées à Madrid, ces 5 belles années… Et puis je me dis que je n’ai pas assez profité du beau temps, ces derniers jours, pour me promener dans les rues de Madrid, comme je l’envisageais encore la semaine dernière…

Je n’ai pas eu non plus beaucoup de temps pour dire au revoir comme il se doit à mes amis madrilènes. Entre ceux que je n’ai pas vus faute de temps, ceux que j’ai vus mais en 4ème vitesse, et mon état de stress lié au millier de choses à faire avant de partir, j’ai presque l’impression d’être parti lâchement… Mille excuses, en particulier à Miguel, et aussi Elena et Thomas, que je pensais revoir hier après-midi (mercredi 3 février). Je pense avoir un peu plus de temps (et moins de stress) pour retrouver mes amis brestois, maintenant que l’appart madrilène est rendu, que les meubles et autres affaires personnelles sont rangés, que les sacs à dos sont remplis.

Aux amis madrilènes comme aux brestois (et aussi aux autres, ceux connus dans mes anciennes terres bourguignonnes, grenobloises, guadeloupéennes, lyonnaises…), je dédie cette chanson d’Amaral : Marta, Sebas, Guille y los demás (« Marta, Sebas, Guille et les autres »). Elle parle d’amitié. Plus précisément d’un groupe d’amis qui, au fil du temps, s’est dispersé géographiquement, chacun vivant sa vie. Malgré tout, les contacts subsistent, plus ou moins fréquents, plus ou moins directs. Parfois le dernier contact remonte à longtemps. Mais dans tous les cas, les liens amicaux restent forts, comme les liens familiaux restent à jamais ajouterai-je.

Son mis amigos
En la calle pasábamos las horas
Son mis amigos
Por encima de todas las cosas

(Traduction personnelle)
Ce sont mes amis
Dans la rue nous passions les heures
Ce sont mes amis
Par-dessus toutes les choses

Alors voilà, ce tour du monde commence sous le signe de l’amitié, particulièrement pendant ce prologue brestois. Et il finira de même, je n’en doute pas. Amis madrilènes, nous ferons la fête (des fêtes!) à mon retour! La famille au premier degré (et même un peu plus), je lui ai dit au revoir à Noël pour la plupart. Hier soir (mercredi) et ce matin même (jeudi) pour ma famille madrilène qui m’a offert son gîte, ses véhicules et son aide ces derniers jours. Amis, famille et autres lecteurs, nous garderons contact tout au long de ces 12 mois grâce à internet bien sûr. Peut-être aussi parce que vous viendrez me rejoindre sur la route… Vous savez que vous serez les bienvenus. Je sais que certaines idées sont lancées, certains rendez-vous presque pris… N’hésitez pas à me contacter! Et puis, nous nous reverrons l’année prochaine. J’aurai mille choses à vous raconter, j’aurai sans doute changé. Je serai heureux aussi de vous écouter me raconter votre année. Je vous souhaite de la passer du mieux possible. Pas besoin de partir aux antipodes pour être heureux et réaliser de belles choses, alors tous mes voeux à vous aussi.

L’avion s’élance maintenant pour le décollage. Je regarde encore par le hublot et ne quitte pas des yeux les 4 tours. L’avion s’élève, je tourne la tête vers l’arrière, je vois encore les 4 tours, mais aussi les 2 tours Kio, toutes proches, et je distingue la ville de Madrid, malgré la brume. Quelques secondes plus tard, je ne vois plus que du gris, je suis dans les nuages. ¡Hasta luego, Madrid! A bientôt, Madrid!

Pour conclure, je poursuis la série des coïncidences… qui va finir par devenir le fil rouge de ce blog! Arrivé à la gare Montparnasse vers midi, avec près de 2 heures devant moi avant de prendre le TGV pour Brest, je me dirige vers une sandwicherie. J’aurais pu choisir le célèbre Paul par exemple, ou n’importe laquelle parmi la bonne douzaine de sandwicheries ouvertes dans la gare. Finalement, mon subconscient m’a sans doute encore guidé. Ce n’est qu’après avoir acheté le menu sandwich poulet crudités et bouteille d’eau, posé les sacs à dos et commencé à dévorer mon repas que je me rends compte que je suis client de Philéas (marque sans doute inspirée par Phileas Fogg) et que son slogan est « Une pause pour goûter le monde ». Ça me va bien, non?

A propos Rémy

FR - Voyageur, blogueur, citoyen du monde, humaniste écologiste, nomade digital. ES - Viajero, bloguero, ciudadano del mundo, humanista ecologista, nómada digital. EN - Traveler, blogger, citizen of the world, humanist and ecologist, digital nomad.
Cet article a été publié dans España, Music. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour « Son mis amigos » / Ce sont mes amis

  1. neo mallorkin dit :

    como decirlo…. no me he enterado de nada…

  2. Tom dit :

    Ne t’inquiètes pas, pars sans regrets, même si l’émotion peut être grande au moment du départ, je te rassure, une fois sur place tout est derrière et une nouvelle vie s’offre à toi, pleine de surprises et de rebondissements.Dis-toi bien que le meilleur est à venir…

  3. bossini dit :

    Bon voyage mon ami profite-toi ton tour par le monde et pardonne mon français que j’ai presque oublié á bientot( merde il n’y a pas de circunflex dans mon téléphone)

  4. bretona de adopcion dit :

    ay, Rémy, que casi me haces llorar… imaginándote ahí, mirando por la ventanita del avión… pero qué envidia me das!!

    • Rémy LASSET dit :

      Carmen, tendrás ocasiones para llorar de alegría este año. Muchas gracias por tu amistad, tus palabras, tus recomendaciones para Argentina, tu tortilla, tus regalos. Nos vemos en la antípodas. Besos para tí y para tu bretón expatriado

  5. Annie lasset dit :

    nous te souhaitons 1 tres bon vol et 1 bonne impression à l’arrivée ,ainsi qu’un bon accueil prends bien soin de toi et profite au maximum de cette chance que tu as de réaliser ton rêve bizzzzzzzzz et n’oublie pas de nous donner des nouvelles

    • Rémy LASSET dit :

      Merci maman, merci papa. Oui je vais tâcher de profiter à fond de cette chance que j’ai. J’espère vous faire partager mon voyage du mieux possible. Grosses bises et vous aussi, comme mes amis, je vous emmène avec moi dans ma tête, dans mon coeur… et sur mon dos! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s